Enfile ton JoMarine pour dormir sur tes deux oreilles

Il y a quelque chose dont on ne parle pas souvent mais au final qui nous accompagne pas mal de temps sur une journée. Bon ok pour certains moins que pour d’autres mais quand même. Je ne vais pas refaire les calculs de combien de temps on dort dans une vie mais un paquet d’heures c’est sûr. Donc non, aujourd’hui, je ne vais pas vous parler linge de lit, bien qu’il y a aussi matière à écrire mais plutôt pyjama avec une jeune marque belge qui a remis au goût du jour cette pièce indispensable.


Derrière JoMarine se cache…

Elodie, de nationalité belge et française, qui a vécu la plupart de sa vie à Bruxelles. Durant ses années d’absence aux quatre coins du monde, elle a eu le temps de cogiter sur ce qui était important pour elle, ce qu’elle voulait faire et ce qu’elle voulait être ! Et c’est souvent de là que naissent les plus belles idées, nourries de sens, elles donnent des ailes.

 « Je n’avais aucune expérience dans la mode pour enfant, juste l’envie d’entreprendre. En devenant maman, je pense que l’on ne redevient pas celle qu’on était, d’autres priorités surgissent…et le temps que l’on avait avant pour soi, prend alors un tout autre sens. »

Mais comment t’es venu l’idée du pyjama ?

Comme beaucoup, c’est en remplissant le dressing de son fils qu’elle est devenue beaucoup plus attentive à ce qu’elle achetait. Pas faux, vu le temps qu’un enfant passe en pyjama, on n’a pas envie qu’il se balade couvert de pesticide dans du made in china qui ne résiste pas à un lavage.

 « Je voulais retrouver les pyjamas et les chemises de nuit de mon enfance, et je trouvais que l’offre des vêtements de nuit pour enfant à partir 2 ans, n’était vraiment pas très attrayante. »

Et voilà, l’idée de créer JoMarine est née, un peu sur un coup de tête. De fil en aiguille, elle a dompté l’entreprenariat. En apprenant sur tous les plans à la fois, le textile, les belles matières, la confection d’un vêtement… Et puis sur tout ce qui est gestion, marketing, réseaux sociaux, e-shop. Et oui, on oublie souvent qu’au-delà de la partie idée, création, il y a un tas de choses dont on doit se préoccuper, débroussailler, souvent seul au début.

La touche JoMarine, c’est quoi ?

La volonté du petit détail en plus, la mode actuelle mélangée avec des designs classiques. Des pyjamas et des chemises de nuit classiques remis au goût du jour avec une qualité irréprochable.

JoMarine c’est ..? Du bonheur pour les ptits veinards de 2 à 8 ans

Le nombre d’heures passées à dormir ou à jouer en pyjama à cet âge-là est majoritaire sur une journée ! D’où l’importance attachée à cette pièce clé du dressing. Mixer confort, qualité et style, c’est la raison d’être de JoMarine.

Plus sérieusement, JoMarine ce sont des petites collections où cohabitent à la fois des modèles aux tissus classiques et aux tissus tendance. Sans se cadrer sur le rythme des collections, la marque suit les saisons car en été, elle propose des versions courtes aux tissus plus légers.

Les collections sont conçues en Espagne, dans un atelier familial. Sur base de ses idées et ses modèles, l’atelier réalise des prototypes et les améliore jusqu’à tenir la bonne version.

Mais finalement d’où vient ce nom, JoMarine?

Jo, les deux premières lettres du nom de son fils Joseph. Et Marine, la couleur qu’elle affectionne tout particulièrement. Et au final, un nom qui ne s’exporte pas si mal !

Que nous réserve le futur ?

L’objectif est donc de consolider JoMarine, qu’elle devienne une marque reconnue en Belgique, en France et ailleurs. De gagner en stabilité et de proposer  de nouveaux modèles pour nos petits chéris et qui sait bientôt pour leur parents aussi… Youpiiiiie !

 « Je suis toujours étonnée (positivement) en découvrant toutes ces « petites » marques qui existent et qui se créent. Cela me conforte dans le fait qu’il y a bel et bien un public prêt à changer leur manière de consommer. On est de de plus en plus à être attentifs à ce que l’on achète, où nos vêtements sont produits et dans quelles conditions. »

De nos jours, les petites marques comme JoMarine deviennent une vraie alternative aux grandes enseignes low cost. Un jour viendra où la tendance s’inversera!!! N’est-ce pas ?

Et j’allais oublier de vous dire

On la trouve exclusivement sur son site internet ! Sauf pour ceux qui ont opté pour la location chez Tale Me, ils ont peut-être déjà pu tester tous les modèles…

Sur ce, que votre nuit soit douce!

Bénédicte van Egeren

 

 

 

 

C’est Saint Nicolas et t’as pas tes pantoufles ? J’ai ce qu’il te faut

Les pieds bien au chaud, on est d’accord, c’est plutôt agréable. C’est encore mieux si les matériaux utilisés sont de belle qualité et confectionnés dans les règles de l’art…Et le best, c’est que tout le monde y trouve son bonheur mini, midi, maxi, homme, femme. Pas de jaloux, tout le monde a droit à porter du mini *M*.

Les débuts de mini *M*

mini *M* a été crée il y a déjà quelques années mais tout récemment c’est Marie-Amélie qui a repris les rênes. Son parcours initial n’allait peut-être pas la mener au textile mais quand la question de passer le flambeau de la marque s’est posée, elle n’a pas hésité longtemps. Connaissant et adhérant aux produits proposés, elle se sentait prête à apporter sa touche à l’univers de mini *M*.

mini *M* c’est quoi ?

C’est une gamme de produits en moumoute pour adultes et enfants. On y trouve des pantoufles, en différents modèles et différentes couleurs, toutes les pointures sont couvertes ! De nourrisson à pas de géants ! Les mains ne sont pas en reste avec les gants ou les moufles. Des créations propres sont aussi dessinées, tels que des gilets et des snoods pour les kids. Et le ptit détail qui fera toute la différence pendant l’hiver, c’est la petite semelle à glisser dans ses baskets pour rester bien au chaud. Parce que l’hiver en sneakers, c’est top ! A tenter aussi dans des escarpins 😉

                                    

Made in Portugal

Toute la collection est fabriquée au Portugal, dans une tannerie familiale, qui est engagée au niveau écologique. Elle est d’ailleurs réputée pour sa gestion écoresponsable et l’attention qu’elle donne aux produits, à la façon de les réaliser.

Les peaux de mouton et le tannage

Les peaux utilisées, sont récupérées et tannées végétalement. Seule l’écorce et les extraits de certaines plantes et arbres sont utilisés pour y parvenir. Grâce à ce processus, les peaux sont tout à fait hypoallergéniques et évitent la présence de produits chimiques.

Les peaux et leur pouvoir thermo-régulateur

Le saviez-vous ? Que la peau de mouton a un pouvoir isolant élevé mais sans faire transpirer puisqu’elle laisse la peau respirer. Résultat, pas besoin de ranger ses pantoufles en mars, on peut les garder toute l’année !

Maintenant que ces jolies choses n’ont plus de secrets pour vous, vous savez ce qu’il vous reste à faire, si vous voulez avoir vos extrémités bien au chaud!

Bénédicte van Egeren

Une maille toute douce, un univers coloré, c’est Zoé !

 

 

Elle nous fait de l’œil rien que de l’admirer, attendez de l’avoir en main, le coup de foudre sera immédiat. Une recette toute simple mais efficace. Des fils de qualité, un motif bien pensé, des couleurs toutes gaies, un modèle basique non genré et une production européenne. Secouez, voici la première série de Zoé Mommen.

 

Zoé aux doigts de fée

A l’issue de sa formation de trois ans en stylisme et modélisme, Zoé enchaîne avec un master en maille aux Beaux-Arts. A la main puis à la machine, la découverte de la maille lui permet de s’éclater et de créer son propre style.

Si elle raffole de sa machine à coudre, dessiner, penser et repenser des créations pour les minus, Zoé se lasse de devoir partir en chasse de tissu pour renouveler ses créations. Déclic! L’heure du grand virage a sonné. Elle range ses tissus pour retourner à son coup de foudre: la maille ! Elle pourra enfin laisser libre cours à sa créativité puisque c’est désormais elle qui va imaginer et réaliser les motifs de ses propres pièces. Elle les imagine et dessine, mixe les couleurs, trouve les fils, lance les tests sur sa machine à tricoter et apparaît un joli motif granito, déclinable selon plusieurs alliances de couleurs.

« Granito : matériau de construction composé de fragment de pierres »

Une collection bien ficelée

Elle s’est donné le temps et ça en valait la peine. Après un an d’expérimentation, en mettant à l’épreuve la qualité des fils, en jouant avec les couleurs, en analysant la texture et en admirant le rendu, sa première collection voit le jour. Un pull, un pantalon et trois déclinaisons de couleurs. Des fils en coton italiens, ultra fins et ultra longs, pour une résistance maximale et un confort sans pareil. Le combo parfait pour les bébés.

Made in Europe

Une des plus grosses difficultés des créateurs, c’est le lieu et les conditions de production. La Roumanie n’a certes pas la connotation la plus positive qui soit mais c’est toujours l’Europe. Zoé les a rencontrés au salon des « tricoteurs » européens et s’est ensuite rendue sur place pour s’assurer du bon déroulement et des conditions de fabrication.

Mais pourquoi si loin ? Car plus près, personne ne réalise ce dont Zoé a besoin. En Belgique ? Si les machines industrielles sont bien présentes, on refuse de produire pour « bébé ». C’est difficile à réaliser puisque ce sont des petites tailles, entendez qu’il faut chipoter sur les finitions. Même son de cloche en Italie.

Paradoxe donc pour les enfants. On tend à vouloir payer moins cher des vêtements qui durent moins longtemps mais démontons ce préjugé selon lequel fabriquer pour enfants ne coûte moins cher. S’il faut effectivement moins de matières premières, le coût des finitions est plus important et donc la main d’œuvre. C’est donc là que le bât blesse.

La couture à la trappe ?

Pas tout à fait. Le coussin Hippopotame, mascotte et icône de ses débuts garde sa place. Compagnon nocturne ou décoration toute douce, ce doudou oreiller est né de l’organisation d’un cours de couture. Zoé est tombée sur cette petite bouille et l’a déclinée en deux tailles.  Il vous est possible de le commander ou de vous inscrire à un atelier couture qu’elle anime à Louvain la Neuve pour le faire vous-même. Suivez-la sur Facebook pour savoir quand aura lieu le prochain.

Bilan après sa première année D’EXISTENCE

Un accueil chaleureux, des demandes insistantes pour que la gamme des tailles s’élargisse et puisse accompagner les petits plus longtemps. La marque a encore de beaux jours devant elle.

Et même si Zoé a fait le choix de ne pas s’engouffrer dans le rythme éreintant de saisons pour ne pas se retrouver à produire en continu grâce à l’intemporalité de ses pièces. Les journées chaudes de cet été et sa créativité bouillonnante lui ont donné l’envie d’introduire quelques intemporels légers pour l’année prochaine.

On shoppe où ces merveilles ?

Dans plusieurs boutiques ou par commande via son site. Sans oublier les réseaux sociaux pour admirer ses expérimentations et ses jolies réalisations.

Bénédicte van Egeren

Fred & Louis à la plage

Ca sent bon l’été, les vacances, les plaisirs aquatiques. Et c’est par là en tout cas que tout a commencé pour la jeune marque Fred & Louis ! Des maillots irrésistibles au confort inégalé, fini le sable qui irrite et vive les châteaux de sable pour les grands et les petits. Bref, le must à mettre de toute urgence dans sa valise !

Mais qui sont Fred & Louis ?

Le père et le fils. Mis en scène par la maman ! C’est en faisant l’expérience de maillots de bain super confo mais super hors de prix que lui est venue l’idée d’essayer d’arriver à une qualité similaire qui soit abordable.

Avant de créer Fred & Louis, Sybille était responsable achat dans le textile durant sept ans. Job qu’elle adorait mais avec l’arrivée de un puis de deux enfants, bientôt quatre maintenant, un revirement de carrière est devenu indispensable car elle passait beaucoup de temps en Europe pour les achats. Par contre, pas question pour elle de quitter le secteur du textile. C’est lors de sa quête personnelle pour des maillots que lui est venue l’idée.

Fred & Louis a fait ses premiers pas dans un groupe Facebook fermé avec un stock de cent pièces, et pour seul support des photos des pièces tout juste produites. L’engouement du net a eu raison du stock en un temps record. Et c’est comme ça que les pièces suivantes firent leur apparition au Créa pop ainsi que via internet.

Leur signe distinctif ?

C’est l’offre père et fils ! Assorti ou complémentaire, les maillots habillent tous les hommes de la famille depuis trois étés. Les pyjamas sont rapidement venus compléter la gamme, avec la version short pour le papa ! L’année dernière, ce fut le tour des caleçons et de leur packaging « hamburger». Véritable casse-tête pour trouver le moyen sympa de les présenter en apposant un message du type « consommation immédiate ». Des heures de recherches du côté alimentaire. L’idée était aussi de voir la couleur sans déballer et de pouvoir l’offrir directement sans suremballer.

Les dessous du maillot

Il a fallu deux mois pour arriver à sortir « LE » maillot. Entre les exigences de tissus, de confort et d’esthétisme, il y a du boulot ! In fine, le maillot, c’est un produit très technique à réaliser. Du coup l’avantage c’est que la concurrence sur le marché est assez faible.

La signature du maillot, c’est le filet top confo tout doux même rempli de sable. Cette petite merveille provient de notre cher pays ! Le tissu externe provient généralement de fins de séries de très bonnes marques du secteur, en mode récup donc ! Sybille s’éclate à combiner tous les tissus.

Une production lointaine pour la bonne cause

En mettant bout à bout les éléments pour monter son projet, Sybille a rencontré une belge partie vivre en Inde. Elle a monté une asbl, A Way With You, pour remettre les personnes victime du Tsunami à l’emploi. Grâce entre autres, à la mise sur pied d’un atelier de couture. C’est donc là-bas que sont cousues toutes les pièces de Fred & Louis.

Par contre, c’est un léger challenge pour eux car le maillot de bain n’est pas très connu ni porté par là-bas. C’est une culture différente et coudre des maillots n’est pas très fréquent.

Venez rencontrer Sybille ce week-end

Elle sera présente, ce samedi 24 juin, pour vous présenter sa nouvelle collection toute colorée, au Sunny pop up de la Terrasse 02, à l’Hippodrome de Boitsfort.

Une bonne nouvelle pour la route ? Vous bénéficiez de 10% de réduction en introduisant le code « labelgiquecestchic » sur le site Fred & Louis.

Bonnes vacances !

Bénédicte van Egeren

Une adresse, deux superwomen, trois mois. Et plus si affinité…

Chou’Ket, c’est l’histoire de deux entrepreneuses qui unissent leurs forces pour prendre un bain de foule. Et qui embarquent avec elles pas moins de 40 créatrices. Résultat, un concept store axé sur la petite enfance qui a installé ses quartiers dans le pop-up « l’auberge espagnole » pour une durée de trois mois. Un test grandeur nature qui leur permettra, on leur souhaite, une installation dans un nouveau lieu au terme de cette belle aventure.

Tatamy plus areuh égal Chou’Ket

Derrière Tatamy, on retrouve les doigts de fée de My. Diplômée en stylisme modélisme, elle a travaillé pendant une quinzaine d’annéeS en tant que styliste pour de grandes maisons belges. En 2014, elle crée Tatamy et son produit phare, les gigoteuses. Elle agrandit sa gamme avec des accessoires mais surtout les fameux tipis, présents dans toute bonne vitrine de magasin pour enfant. C’est lors de son parcours en coopérative d’activités qu’elle rencontre Marie-Gabrielle, diplômée en art plastique – graphisme. Pendant une dizaine d’années, Marie a travaillé comme graphiste – web designer avant de lancer sa marque, Areuh. Elle propose des faire-part, boîteS de dragée, bavoirs et accessoires, qu’elle assortit au gré de vos envies.

De leur rencontre, naquit d’abord une collaboration sous le signe de l’échange, l’entraide et la motivation pour faire avancer leurs marques respectives. Car faire sa place en tant que créatrice au milieu des requins bien installés, c’est pas évident. A force de réflexions, elles se sont également rendu compte que les concepts stores, en général, axent leurs offres de produits sur le made in Belgium, le local, l’artisanal,…Mais qu’au final, aucun lieu ne rassemble sous un même toit des gammes de créateurs made in Europe dans le domaine de l’enfance.

Bruxellois, jusqu’au nom

Vous voyez le rapport entre Tatamy, Areuh et Chou’ket ? Moi, non ! Je suis sûre qu’il y a une jolie explication là derrière ! Et en effet, c’est My qui la conte…

« En allant chez Marie-Gabrielle pour notre réunion quotidienne du projet, je me retrouve au feu rouge de la place Dailly avec comme vision la foire qui s’était installée. Witte Madameke était prête à servir ses croustillons, et moi je raffole des croustillons. Puis je trouvais le mot « croustillons » mignon, et en parlant avec MG, on est tombé sur chouquette qui est un peu l’équivalent du croustillons… Et comme tout bonne bruxelloise, on voulait mettre le Ket en avant. Chou’Ket… pour nos petits choux, et pour nos ptit Ket’ »

Maintenant qu’on a le nom, penchons-nous sur le lieu!

Peut-être connaissez-vous déjà le pop-up de « l’auberge espagnole » ? Cet espace détenu par Atrium et qui depuis un an accueille des candidats commerçants pour une durée de trois mois. Via ce concept, ils peuvent tester leur projet dans cet espace situé dans une rue piétonne qui donne sur la place Jourdan. Tour à tour ces produits made in Europe sont à découvrir dans ce bel espace remodelé trimestriellement.

Et à l’intérieur, que se trame-t-il ?

Pour meubler cet espace, elles se sont bien entourées. En plus de leurs propres collections, elles ont invité pas moins de 40 créatrices pour offrir une offre la plus hétéroclite possible. On y trouve, entre autres, des vêtements, des accessoires, du mobilier et des cosmétiques destinés aux (futurs) parents.

Une des raisons d’être de Chou’Ket, c’est aussi d’amener la production locale au consommateur et d’expliquer qu’on peut consommer autrement, et mieux. Elles ont mis un point d’honneur à respecter une certaine ligne de conduite à savoir des productions locales (belges ou made in Europe), de type artisanale, avec des matériaux issus du commerce équitable ou de la récup. Mais aussi une cohérence et une offre la plus complète possible. Ne vous étonnez donc pas si par exemple vous ne trouvez qu’une partie de la collection d’un créateur. C’est fait exprès ! Pourquoi ? Très simple, pour lisser l’offre au maximum. Exemple, si dans une collection on retrouve des vêtements, des bavoirs et des doudous et que dans une autre on a une spécialisation en bavoirs. La première marque se verra sélectionnée pour ses vêtements tandis que la suivante complètera l’offre avec ses bavoirs. Chou’Ket a pensé à tout, rien n’est fait au hasard. Tout ça pour garantir une belle représentativité et ne pas crouler sous le mêmes type de pièces !

Plus qu’un magasin, un lieu de rencontres et d’échanges

Toute une gamme d’ateliers est également proposée. Qu’ils soient créatifs, cosmétiques ou encore axé bien-être. Il y en a pour tous les goûts, et tous les âges, pré-post natal, ou encore kids friendly. Ils sont donnés par différentes professionnelles, invitées pour l’occasion. Bref, de quoi s’essayer à de nouvelles expériences ou de s’initier à des domaines inconnus. Un atelier crochet, ça vous tente? Avouez que les fruits en crochet, c’est plus sexy que la version plastique !

Bref, Chou’Ket  ça respire le vrai, le beau, l’unique

N’hésitez pas à leur rendre une petite visite par curiosité, pour faire plaisir ou se faire plaisir ou encore pour participer à un des nombreux ateliers organisés. Ça se passe chaussée de Wavre, 331 à  Bruxelles.

Bénédicte van Egeren

La famille Bee Nature s’agrandit, welcome Babee Nature

Quand j’ai entendu qu’une gamme de soins belges pour bébé allait voir le jour, ni une ni deux j’ai pris contact avec Marine. Car oui, pour les adultes quelques belles initiatives existent déjà et c’est tant mieux. Mais pour les enfants, au niveau local c’est plutôt désertique. Après deux ans de recherches et de tests, tadaaaaaaaaaaaaaaam Babee Nature débarque cette semaine sur le marché.

Pharmacie, ingénieur de gestion, mémoire, vous voyez le rapport ?

L’histoire de Marine, élevée dans le monde pharmaceutique, qui fait son mémoire en sciences de gestion. Pour ce dernier, elle imagine la marque de dermocosmétiques naturels à base de miel et décline sa gamme « Bee Nature ». Son diplôme en poche, elle part bosser dans le privé. Rapidement, elle repense à ce magnifique projet qu’elle a réalisé dans le cadre de ses études et qui avait cartonné. Une si jolie idée au placard ? Pourquoi ne pas le mettre en pratique ? Le jeu en valait la chandelle puisque Bee Nature vient de souffler ses 5 bougies et donne naissance par la même occasion à une gamme pour les 0-3 ans. Belle croissance aussi pour l’entreprise que Marine a géré seule pendant trois ans et qui occupe aujourd’hui cinq personnes.

Le naturel et la pharmacie, pas évident

A l’heure actuelle, les soins se divisent souvent, à la grosse louche, en deux catégories: les naturels ou les dermatologiques. Le problème que peuvent rencontrer les soins naturels, à base d’huiles essentielles ou autres, est que les personnes sujettes aux allergies ne les supportent pas. Et les soins dermatos manquent souvent de naturels… Pour la petite histoire, Marine a baigné dans le monde de la cosmétique dermato car ses parents sont pharmaciens mais avec l’âge, elle a développé son sens des valeurs : plutôt orienté bio, local et surtout naturel. Gros absent des soins traditionnels. Marine, elle, veut allier le dermato au naturel en trouvant un juste équilibre. Mais comment ? Grâce à son ingrédient phare qui est le miel, dont les propriétés cicatrisantes et hydratantes font des miracles.

Reste plus qu’à mettre en place !

Avec son projet bien ficelé, ses formules au net et son ingrédient de choc,  y a plus qu’à se lancer ! Une gamme de plus sur le marché, me direz-vous ? Oui et non. Marine entend toucher toute la famille car aucune huile essentielle n’est présente et se veut au service de monsieur et madame tout le monde. La gamme est d’ailleurs plus large que la moyenne puisqu’elle touche autant l’hydratation que les soins de douche et shampoing.

Et la compo, ça vous intrigue ?

Le miel est présent dans chaque produit à hauteur de 5%. Pour le reste, 99 % des ingrédients sont naturels et 75% sont bio. Bee Nature a d’ailleurs la mention Slow cosmétique dont je vous ai déjà parlé précédemment. Et le miel, il est belge ? Non car il est bio ! Ah ! Bio et belge ne vont pas ensemble ? Non, pour la simple raison que pour répondre aux critères bio, les abeilles doivent butiner à une distance minimum de 3 km d’une route. Situation introuvable en Belgique. Les forêts et étendues vertes à perte de vue c’est plutôt hors Europe. Voilà pourquoi le miel, issu du commerce équitable et bio provient de Maya Fairtrade qui travaille avec une ONG Belge Maya Honning qui promeut un maintien de la biodiversité et de l’éducation.

Tous les soins sont produits en Belgique dans un établissement de travail adapté sur base des formules Bee Nature.

Babee Nature, welcome baby

Si Bee Nature est bien adaptée à toute la famille à partir de trois ans, vous aurez bien compris que les tout minis ne pouvaient donc pas s’en servir. Après deux ans de dur labeur, l’équipe a mis au point les formules les plus adaptées aux peaux, ô combien fragiles, des nouveau-nés. C’est que le marché est plutôt vide si on enlève les grandes marques pharmaceutiques. Babee Nature se veut donc le penchant naturel des gammes dermato. Aux ingrédients traçables et sans perturbateur endocrinien.

Avec une barrière cutanée si faible, des fibres qui ne sont pas encore reliées entre elle, la perméabilité est donc à son comble. Le responsable scientifique de Bee Nature a réfléchi à la formule et a travaillé avec des pédiatres pour la mettre au point. On retrouve peu d‘ingrédients et chaque ingrédient présent à une réelle utilité. La gamme se compose de quatre soins. Deux produits de douche – shampoing, à base d’huile de jojoba et de miel qui sont sebo-régulateur et deviennent un allié dans la lutte aux croûtes de lait. Et deux soins hydratants, corps et change, adaptés au ph des bébés, pour éviter de décaper ces peaux si fragiles et ne pas les agresser.

Lancement de ces merveilles début avril en pharmacie !

Bénédicte van Egeren

Louis Le Sec, l’innovation au service des parents

Une idée ingénieuse, fut ma première réflexion quand j’ai pris connaissance du concept de Louis le Sec. Il est ludique : on peut raconter de belles histoires. Agréable : il est en 100% jersey de coton peigné, tout doux d’un côté et une membrane PU de l’autre. Utile : vous n’avez toujours pas deviné ? Allons découvrir ce que Sophie a imaginé !

Intelligent et non redondant

Sophie, ingénieure de gestion de formation, s’appuyant sur son expérience de maman a imaginé le linge Louis Le Sec. C’est donc en partant du terrain qu’est née cette idée. Le but, simplifier la vie des parents. Mais quoi, personne n’y a pensé avant ? Un peu mais pas de façon si ficelée et étoffée. Sophie est passée par le « réseau entreprendre » grâce auquel elle a pu tester son produit avant de lancer sa marque. Au final, tous les produits sont très peu concurrencés. Ça tombe bien! Aujourd’hui, Louis Le Sec vient de fêter ses trois printemps et est revenu en force avec plusieurs nouveautés.

Mais de quoi s’agit-il en fait ?

L’idée part du principe d’une alèse et d’un drap housse pour protéger les fuites. Sauf qu’ici, ils sont cousus ensemble, et que le même principe s’applique à la housse de couette. Ça c’est plutôt astucieux ! Ça donne deux côtés tout doux car la membrane se trouve à l’intérieure de la housse, et dès lors la couette se trouve entièrement emballée de la membrane.

Un petit mot sur cette « membrane ». De son petit nom PU (polyuréthane), c’est une molécule organique très utilisée dans le monde médical. Elle est imperméable, silencieuse et respirante. Pour faire simple, elle laisse passer les molécules de vapeur mais pas celles d’eau. Magie !

             

Et Louis Le Sec est fait à la main et belge ! Le tout est conçu dans des ateliers protégés. Sophie travaille également avec deux graphistes bruxelloises pour illustrer les collections. Les motifs racontent des histoires. Et comme c’est souvent au lit qu’on les raconte, la housse peut faire office de livre. C’est cette petite note ludique qui différencie les produits Louis Le Sec.

Il n’y a pas d’âge pour se rouler au chaud dans un Louis Le Sec

Car si en général, on trouve de quoi protéger le matelas, ici on vous propose la totale ! Matelas, oreiller, housse de couette, de coussin à langer et de coussin d’allaitement. Bref, tout le tralala qui une fois mouillé n’est pas si dramatique mais bien ennuyant et peu agréable… A composer soi-même, de couleurs unies, de motifs, toute la gamme a été pensée pour être mixée.

           

Sans oublier les bavoirs et « all-around », la version imperméable des langes tétra. Bonheur garanti. Mais le produit phare est sans doute la cape de bain, qu’on peut enfiler et qui nous garde sec puisqu’un côté est composé d’éponge, et l’autre de la membrane qui stoppe l’eau. De quoi passer l’épreuve du bain haut la main.

Erreurs à ne pas répéter & conseils d’utilisation utiles

Si vous non plus vous n’avez pas de séchoir, je vous livre quelques conseils pour ne pas vous retrouver avec une expérience plutôt fastidieuse de lavage ou plus exactement de séchage. En effet, la perméabilité de Louis le Sec fonctionne tellement bien que la partie séchage peut prendre du temps en tout cas pour la housse de couette dont l’intérieur est entièrement perméable !

Donc on met son linge à l’endroit dans un filet (pour ne pas abîmer la membrane dans la machine). Bien remplir sa machine, car il a une fâcheuse tendance à se retourner, et là c’est la flaque garantie ! On étend ensuite le tout dans la pièce la plus chaude et quand c’est sec à l’extérieur, par précaution, retourner pour vérifier que l’intérieur à bien séché !

Pour le reste, le seul conseil, c’est de les mettre à l’abri dans un filet pour que rien ne soit endommagé dans le tambour ou avec les tirettes,…

Louis le Sec x Tale me
Une partie de la gamme était déjà dispo chez Tale me. A Noël, dans le cadre de la Box, des carrés démaquillants ont été imaginés. Au vu du franc succès, ils sont pérennisés et seront sur le site dans les plus brefs délais. Dans la foulée, les housses de coussins d’allaitement ont vu la collection se doter de deux nouveaux motifs, Ours et Feuilles, conçu pour Tale Me mais qui seront également bientôt dispos sur le site pour tous les particuliers. Chouette!

Bénédicte van Egeren

Maurice a ouvert son bocal pour grandir ! Qu’est-ce qu’on dit ? Bonjour maurice !

Sans le savoir, je les suivais depuis leurs premiers pas, séduite de prime à bord par leur concept unique : des fringues réversibles en coton bio. Mais leur proposition va bien au-delà de cette idée ingénieuse. bonjour maurice, c’est la rencontre de deux jeunes mamans autour d’un objectif commun : l’épanouissement des ptits bouts et la volonté d’apporter leur pierre à l’édifice en leur laissant une terre où il fait bon de vivre. Leur énergie et leur bonne humeur sont communicatives, leurs maîtres mots sont grandir, choisir, s’épanouir. Je vous propose une cure de jouvence avec Céline et Géraldine!

bm22443-copiebm22287

 

 

 

 

La genèse de Maurice

Elle a débuté grâce à la présentation d’une amie commune. D’un côté Céline, dont le hobbie est la couture et qui avait confectionné la quasi entièreté de la garde-robe de sa fille. bonjourmauriceweb_192_De l’autre côté Géraldine, qui cherchait à entreprendre. Avec des profils complémentaires, le duo de choc s’est lancé par passion. La répartition est venue assez naturellement, chacune apportant son savoir-faire précieux. Céline s’occupe de dessiner, de faire la gradation, les découpes mais aussi la partie gestion, data, business plan. Géraldine, plutôt créative, redessine les modèles, s’occupe de la com et des relations. Car l’entrepreneuriat c’est avant tout du multi-casquette surtout à ses débuts! La création n’est finalement qu’une infime part du gâteau.

De maurice & co à bonjour maurice

Si maurice & co existait déjà depuis deux ans. Le début 2017 signe un changement pour la marque, elle devient « bonjour maurice ». Rassurez-vous les vêtements restent réversibles, la refonte se veut au service de la pérennisation et la professionnalisation de ses activités. Et oui, nos deux mamans bossaient sévère à côté de la création de ces jolies pièces. Deux pieds dans le salarié, dix orteils dans l’entrepreneuriat. Elles ont donc décidé de sauter ensemble et de consacrer toute leur énergie à bonjour maurice! Le fait d’entreprendre à plein temps donne accès à un bon nombre de supports et de réseaux qui donnent du boost au projet. Test en jury, aide à la construction du business plan. Elles ont gagné une petite bourse dans le domaine de l’économie circulaire ainsi qu’une aide à l’exportation, soutenue par Wallonie Bruxelles Mode Design.

Et pourquoi « bonjour » maurice ? L’explication est très simple, bonjour est un mot compris de tous! Il est simple, positif, vecteur de dynamisme et de bonne humeur. Et oui, tout ça dans un mot!

Et concrètement? Rentrons dans le vif du sujet!

Pour ceux qui connaissaient déjà la marque, quelques changements plus ou moins visibles. Mais ce qui est le plus frappant c’est toute la réflexion menée et l’éthique qui guident ce superbe projet. bonjour maurice est bien plus qu’un simple vêtement. C’est la transmission de valeurs via des collections bien pensées pour les petits!

Premier changement, le logo. Le poisson est légèrement différent mais surtout le bocal s’est ouvert pour permettre à Maurice de grandir, s’épanouir et rencontrer ses amis. bonjour maurice se décline maintenant de 0 à 10 ans!14117797_1789096424639509_2234361420958271587_n Et oui, leurs propres enfants se rapprochant de l’âge de 6 ans (ancienne limite) il a fallu étendre l’offre pour ne pas faire de jaloux. Last but no least, on peut s’habiller de la tête au pied en bonjour maurice. Les t-shirts et marcel ont fait leur joyeuse entrée!

Un autre changement, moins visible, se situe au niveau de la confection. Après avoir travaillé avec 4 ateliers en Belgique, et pour assurer les arrières de bonjour maurice, la partie confection devait quitter la Belgique. Épaulées dans leurs recherches, il n’a pas été sélectionné au hasard, elles ont visité 5 ateliers avant de poser leur choix. C’est un atelier familial portugais spécialisé dans la confection pour enfant et certifié GOTS (norme qui certifie un respect environnemental, social et du travail) qui assemble les pièces. Ce choix difficile était nécessaire pour la survie de leur projet et pour ne pas payer pour travailler!

bm1000_173

Enfin, Céline est passée pro dans le domptage du web. Le site, ainsi que l’eshop, sont dispos en trois langues avec livraison mondiale ! D’ailleurs maurice vous y attend, il s’est transformé en compagnon de vie, et devient une super peluche-oreiller bicolore.

Et la collection me direz-vous ? Concrète et philosophique

bm1000_027La base reste, bonne nouvelle ! Le réversible, fatalement, la meilleure idée qui soit et qui permet de pouvoir jongler avec les pièces. Elle donne l’impression de pouvoir composer plus de tenues que de pièces possédées, ecology friendly oui oui. CHOISIR !

bm1000_060Autre point fort du réversible, le retourner en cas de taches ou de son humeur. Et oui, on n’a pas envie d’être sous le feu des projecteurs tous les jours, pour les enfants c’est la même chose. Un côté uni, un côté à motif. Bien dans son maurice, bien dans ses baskets. S’EPANOUIR !

Le saut de deux tailles à partir de deux ans, avec la possibilité de porter les vêtements avec ou sans bords pour permettre à l’enfant d’évoluer avec ses vêtements et surtout de les enfiler tout seul (sans se tromper de sens car il n’y en a pas). GRANDIR !

bonjourmauriceweb_122-468x468               bm1000_157-468x468               bonjourmauriceweb_124-468x468

Sans oublier l’importance accordée au choix des tissus. En majeure partie du coton bio. Certains tissus comme l’éponge du bavoir ou le jeans n’ont pas encore trouvé de prétendant équivalent. Les finitions n’échappent pas à la règle, les boutons sont en bois naturel. Enfin, soulignons la cohérence entre les collections, pour que les pièces ne soient pas dépassées d’une collection à l’autre et qu’on puisse continuer à assembler les couleurs et motifs d’une saison à l’autre.

La collection totalise 25 modèles, déclinés en différents coloris. Au total 52 pièces pour chaque taille et 13 accessoires (bavoir, sac d’un jour, sac de voyage et Maurice!). Mais les stocks sont limités, pas question de relancer indéfiniment les productions.

Démarrage sur les chapeaux de roue

Le mois de janvier s’annonce international. Ce cher poisson va faire le tour des salons, d’Amsterdam à Londres, en passant par Florence! Tout ça en un mois. On lui souhaite un bon voyage, des rencontres enrichissantes et prometteuses, et une longue vie riche en expérience!
Et pour l’hiver prochain, elles ont la volonté de créer leurs propres motifs. Mais surtout on croise les doigts car il n’est pas exclu qu’une pièce adulte fasse son apparition. Et oui, les vestes et sweats sont à tomber, plus d’un parent voudrait bien essayer d’enfiler celui de son enfant!

Bénédicte van Egeren

Détente personnalisée avec la collection de livres My ZebraBook

Quand j’ai découvert le concept du livre unique, j’ai trouvé que c’était la meilleure idée qu’on puisse avoir! Que ce soit pour ses enfants ou pour offrir, ce livre reste gravé dans les mémoires. Mais comment fait-on pour réaliser, produire et finaliser ces livres faits sur mesure et en un temps record dans votre boîte aux lettres. Marie Thibaut de Maisières nous livre les secrets de My ZebraBook et ses nouveautés!

_dsc4869

Mais qui a eu cette idée folle ?

Marie a commandé son premier livre personnalisé des animaux, il y a quelques années. Tellement séduite par le livre et le concept, elle écrivit un petit mot enthousiaste à la jeune équipe afin de leur en faire part. Trois ans plus tard, elle reçoit par mail une surprenante proposition… reprendre le bébé! Les trois jeunes femmes ont une foule de projets en tête et celui-ci est un peu lourd à porter mais elles voudraient lui assurer une continuité. Ni une ni deux, Marie saute dans le bateau et prend la barre. Entre-temps, Marie cède sa boîte de production et se lance dans le challenge des algorithmes auxquels elle y a ajouté ses valeurs. Par contre, elle passe encore en radio pour polémiquer une fois par semaine.

La magie des algorithmes

C’est bien joli un livre fini mais comment ça se passe en coulisse? Pour chaque lettre, il y a un certain nombre de pages prêtes à l’emploi. Lorsque le livre est commandé, une foule de codes se mettent à danser et génèrent un superbe document pdf. Tout ça grâce au travail obscur d’un gentil codeur. Le tout arrive directement sur la machine de l’imprimeur. Une fois sorti, on lie la couverture manuellement. Et le tour est joué!

Entre vos clics de commande et le parcours de création du livre, étape super importante: Marie a 24h pour vérifier les nouvelles commandes. C’est donc la course dans sa boîte mail. Et ce, au cas où par exemple, quelqu’un aurait fait une énormissime faute de frappe dans un nom ou si la base de données lui indique que le livre a déjà été commandé. Pratique pour ceux qui l’offrent en cadeau, un simple mail et Marie vous confirme si l’enfant possède déjà ce merveilleux livre (elle ne se prononcera pas avec certitude s’il a un nom trop courant).

Celui par qui tout a commencé, le livre des animaux.

Ce livre compose le prénom et le nom de l’enfant en lui apportant à tour de rôle ses lettres. Le chien amène le C, l’âne le A, le renard le R…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une bonne façon de découvrir les animaux dès la naissance. N’y a-t-il jamais un trou ou trop de lettres les mêmes dans un nom? La base de données des animaux s’élargit d’année en année. Pour ce faire, Marie a assuré la continuité en travaillant avec la même dessinatrice. Chaque année, elle crée quelques animaux supplémentaires. C’est que le stock est énorme mais ne sait-on jamais qu’il n’y en ai pas en suffisance, si par exemple il y a trois z…que fait-on? Un joker peut être déployé, c’est un voleur de lettre.

Marie a également développé la portée internationale du Best seller en passant de trois langues disponibles à sept! Les Suédois en raffolent. Une plateforme scandinave vend les livres à destination de la Suède, la Norvège et la Finlande.

Le petit deuxième, le livre des talents

6-pusieurslivres-frEntièrement pensé et réalisé par la nouvelle équipe, il s’adresse aux enfants un peu plus âgés et présente leur palette de talents, liés à des métiers. On peut donc retrouver les différents talents de l’enfant en rassemblant celui de papa en cuisine et de maman camionneuse, en y ajoutant le calme d’une apicultrice… Ah oui, j’oubliais, Marie est un peu féministe et ses livres n’y échappent pas. Mais rien de méchant. Une juste remise en place des rôles stéréotypés attribués depuis des siècles et véhiculés sans cesse dans la littérature infantile. Une manière objective de montrer aux enfants que les filles comme les garçons peuvent faire toutes les activités.

Jamais deux sans trois…la collection continue à se développer

Et le petit dernier de la collection est le Tour d’Europe, vous avez peut-être vu passer la campagne de crowfunding cet été. Le livre a été écrit par Marie et illustré par Florence Weiser. Elles ont directement été sur la même longueur d’onde et cela donne un livre collector!

Beaucoup plus long que les autres, le Tour d’Europe est très séduisant pour les enfants comme pour les parents. L’enfant part à la découverte des pays européens pour accomplir sa mission. Il est le héros du livre et se balade au gré des pays, rencontre de nouvelles personnes, des cultures différentes et met la main à la pâte à chaque endroit pour reconstituer son alphabet. Bref, il voyage depuis son fauteuil! Génial, non? En tout cas bien mieux qu’un atlas fadasse vide d’histoire et de personnages, et une merveilleuse alternative à l’avion!

tour-7

Qu’y trouve-ton? De Stromae aux boulettes Ikea en passant par David Bowie, un max de blagues visuelles destinées aux parents se cachent au fil des pages. Ouvrez vos yeux c’est subtile! En plus, les lecteurs sont chaleureusement encouragés à se laisser prendre au jeu en imitant les accents et en incarnant le livre pour le faire vivre. Pour ne pas vous couper dans votre élan, Marie a pensé à tout! Des notes de bas de page sont à votre disposition si vous avez un trou de mémoire ou besoin d’une explication plus ample pour votre bambin, sans devoir pour autant lâcher le livre et interrompre ce moment de lecture pour se ruer sur docteur Google.

Mais au fait, comment Marie distingue-t-elle les héroïnes des héros dans son livre? Héhé point de jeu de couleurs au niveau des vêtements, la différence se trouve dans la longueur des cils sur le visage du personnage principal. Il paraît que les enfants savent les distinguer tout naturellement! Quelle magnifique solution, n’est-ce pas?

My ZebraBook bien plus qu’un livre

Si transmettre le goût de la lecture dès le plus jeune âge fait partie des objectifs. Marie et son équipe ne s’arrêtent pas en si bon chemin: exit les stéréotypes des rôles et place au divertissement à tous les étages. Les livres sont également uniques tout comme chaque enfant. Mais surtout, ils sont assemblés manuellement dans des ateliers belges. A cela, on ajoute un brin d’écologie car ils sont imprimés sur du papier FSC en Belgique. L’impression et les trajets sont compensés en CO2 à hauteur du nombre d’exemplaires vendus. Enfin, à l’époque des temps modernes où tout se fait online, ce cadeau original vous sera livré en 5 jours ouvrables en quelques clics seulement. Bon plan pour les barbus pressés du mois de décembre …

Bénédicte van Egeren

 

Octobre met à l’honneur les créateurs belges

Nous voici déjà en octobre, la pluie et la grisaille sont de retour! Il faut ressortir sa veste le matin, on a l’impression de s’enfoncer à petits pas dans l’hiver, que la ville range ses événements extérieurs et qu’elle se met à tourner au ralenti. Détrompez-vous, ce mois-ci Bruxelles regorge de bons plans découvertes. Je vous ai concocté un petit programme pour ponctuer vos week-end d’agréables sorties!

Pour ouvrir le bal, une chouette initiative: Young Belgian Designers 4 BIG

Le coup d’envoi d’#OctobreRose est donné. A cette occasion, Caméléon lance l’action YOUNG BELGIAN DESIGNERS FOR BIG. Une vente rassemblant des jeunes créateurs belges dont l’objectif est d’apporter son soutien au projet : BIG Time For Baby

En pratique, Caméléon vous propose durant tout un week-end:

  • un pop up avec les designers suivants: Akinto, Ariane Lespire, Bshirt, Delphine Quirin, Gérald de Patoul, Isabelle de Borchgrave, World of Wonder, Juggle Angels, JustEve, Louise Assomo, Mère et Fille, Olivia Hainaut, Orane et Enora, Sarah Josis, Tenue de Ville
  • Un stand BIG
  • Une exposition des œuvres réalisées par les designers sur le thème de l’Ombre et la Lumière.

Infos: du 7 au 9/10 de 10h à 19h au  comptoir Caméléon de Woluwe.

Les DS Brussels Fashion Days

13620906_1319567608072959_7058434169783451978_nLes 14-15-16 octobre prochain se tient la 5ème édition des Brussels Fashion Days au Square-Brussels Meeting Centre (Mont des Arts). Au programme: quatre défilés avec des créateurs belges et étrangers, une School Street, un Fashion Talk inspiré de Star Wars en collaboration avec 5 créateurs, un Fashion Brunch by Vins de Provence le dimanche suivi d’un Fashion Film.

Cerise sur le gâteau, tout au long du week-end vous est proposé un Fashion Pop-Up Store d’une trentaine de jeunes créateurs. C’est l’occasion de rencontrer du beau monde et de jolies choses. Vous y retrouverez notamment Little Panama et Wear a Story dont je vous ai déjà parlé précédemment.

The dressing room au BIP 

Plan idéal du dimanche, venez bruncher et shopper du seconde main au chaud, en plein cœur de Bruxelles !

13096071_1788485511382873_7584917493292724595_n

Le concept: Plus de 40 exposants se rassemblent pour vendre les trésors de leurs garde-robes. Les vêtements et accessoires pour femmes ou pour hommes sont présentés dans des petites boutiques éphémères. La marchandise se veut de seconde main, actuelle, parfois de marque et en bon état. En plus de l’espace smart-shopping, The Dressing Room propose un brunch gourmand. Les produits présentés sont locaux et sains, s’inscrivant également dans le schéma de consommation écologique et locale.

Infos: le 16/10 de 11h à 18h, @BIP, rue Royale 2-4, 1000 BXL

13123356_1786234298274661_7839268434212336409_o

YOUNG and MAD 

Avec « Young and MAD », fusion du Mode Parcours et de l’ancien prix du jeune designer belge MAD Surprize!, MAD Brussels investit le quartier Dansaert le temps d’un weekend du 20 au 23 octobre!

Au programme :

  • Une exposition principale de jeunes talents belges répartis dans 3 catégories: design textile, design mobilier et mode. Un lauréat par catégorie sera désigné par le jury et la remise des prix se fera lors du vernissage;
  • Un fashion & design parcours: installations artistiques présentées dans les vitrines des magasins du quartier Dansaert;
  • Des workshops pour adultes et enfants;
  • ….

Pour en savoir plus sur l’agenda et les activités, c’est ici

14484618_1162548220475630_6870226082907382975_n

Les MAD Fashion Sales

Elles ont lieu deux fois par an, et c’est ce mois-ci! Une chouette occasion de rencontrer quelques créateurs du quartier qui vous propose leurs collections (passées et/ou présentes) à des prix intéressants . C’est le bon plan du week-end du 28-29/10 et ça se passe @De Markten, en plein cœur du quartier Dansaert.

14522757_1161718210558631_5987152749108617733_n

Seront présents Abbie & Rose, Carine Gilson Lingerie Couture, Conni Kaminski, Delepaule, Espèces, Els Mommaerts, Filles à papa, Françoise Pendeville, Gioia Seghers, Hüsniye Kardas, Isatio, haus Coudeyre, Jessie Lecomte, Jiyuu, Josiane Douchamps, Just In Case, Kaat Tilley, Louise Assomo, Max & Lola, Michael Guérisse O’Leary, Madame Lol, Natacha Cadonici, Nayestones, Nicolas Woit, Valérie Berckmans, Wear a story, World of Wonder +Annemie Verbeke Rue Antoine Dansaert 64, 1000 Brussels
+ Y-Dress Rue Antoine Dansaert 102, 1000 Brussels

Infos: le 28 et 29 octobre (de 11h à 21h et de 11h à 18h), 5 Place du vieux marché aux grains, 1000 BXL

Je vous souhaite un agréable mois d’octobre, riche en découvertes!

Bénédicte van Egeren