Démonstration de style en compagnie d’Odile Gaston

@Nathalie Gabay

C’est par ses écharpes en mohair toutes douces que j’ai découvert Odile Gaston qui ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. S’en est suivi un autre produit phare qui permet à cette jeune marque et sa créatrice de se distinguer sur le marché de la mode. Catherine Dardenne, c’est une véritable boule d’énergie qui a su construire pas à pas son propre label non sans obstacle.

Au four et au moulin

@Nathalie Gabay

Pas de doute, Catherine, la mode elle l’a dans le sang. Vendeuse depuis ses 15 ans, gérante de sa propre boutique depuis ses 17 ans, c’est tout naturellement et surtout en parfaite autodidacte qu’elle a évolué jusqu’à créer sa propre marque Odile Gaston. Sans oublier la dizaine d’années passées comme directrice artistique chez Mer du Nord où elle traquait les dernières tendances.

Pour sa marque, elle est la seule à bord. Sa particularité, l’absence d’études dans le secteur de la mode mais surtout l’absence de dessin pour réaliser ses vêtements. Son truc à elle, c’est de créer ses prototypes grandeur nature directement dans la matière. Un bout de tissu, une paire de ciseaux et la voilà partie pour réaliser une nouvelle pièce.

Depuis peu,  sa fille, Emilie, l’a rejoint dans l’aventure et l’épaule à la fois dans la gestion des réseaux sociaux, la boutique mais aussi comme ambassadrice de ses créations.

Odile Gaston

Les deux prénoms de ses grands-parents représentent maintenant fièrement sa marque. Lancée en 2013, sous forme de collections capsules, elle se caractérise par une dose de style et de féminité à porter en toute légèreté au quotidien.

@ Nathalie Gabay

De la collection entière au mono produit

Si ses débuts furent caractérisés par des collections complètes, un changement de stratégie s’est opéré après deux ans. La lourdeur des collections associées aux problèmes rencontrés avec les revendeurs ont amené Catherine à se focaliser sur un mono-produit. C’est de là que sont nées les écharpes reconnaissables entre toutes.

@Edouard Janssens

Toujours en quête d’un produit fort pour maintenir sa marque, la salopette emblématique a fait son apparition et fait office de signature. Elle se distingue par son style, sa coupe et ses imprimés mais c’est surtout une pièce qui ne court pas les rues. La salopette, en version slim ou large, se porte à tout âge et offre des jeux de styles rythmés par une variété de tissus, évoluant au fil des saisons.

Et au niveau confection ?

Ayant baigné dans le milieu, Catherine a eu l’opportunité d’arpenter plus d’un atelier de confection lors de ses expériences professionnelles. Son choix s’est finalement porté sur un atelier familial situé au Portugal. Et la diversité des tissus utilisés pour rythmer les saisons provient du même endroit !

@Nathalie Gabay

Un petit mot sur sa boutique

De tout temps localisée à Wavre, elle l’a récemment déménagée à Lasne, en s’octroyant un mini break entre les deux. Pimprenelle Concept Store propose les collections Odile Gaston mais également une belle sélection d’intemporels en grande majorité danois. Vous l’aurez compris, si vous voulez découvrir ses derniers trésors, il va falloir aller jusqu’à elle car Odile Gaston ne se revend plus ailleurs, en tout cas pas pour les vêtements.

Bénédicte van Egeren

Un shopping de seconde main pas comme les autres @WearPool

Donner une seconde vie, tout en menant un combat écologique et humain. Une nouvelle initiative bruxelloise dans le secteur de la seconde main, un peu différente de d’habitude. Le pari de Pool, Wearpool, et de Marine est d’ôter cette image sale et poussiéreuse tout en se démarquant de la seconde main classique. Et plus spécifiquement, en affranchissant chaque pièce de la subjectivité véhiculée. Comment s’y prend-elle ? 

Qui se cache derrière le concept de Pool ?

Marine de Waziers est la porteuse de ce beau projet. Elle a débuté sa carrière dans le marketing entre Paris et Londres. De retour en Belgique en 2010, elle fonde en duo avec sa sœur un atelier/boutique de robes de mariée à Ixelles. Il y  a deux ans, elles ont mis fin à l’aventure. Le moment pour elle de ralentir le rythme, et de choisir le combat auquel elle joindra ses forces. Une partie de son temps est dédié à la recherche via Rank a Brand. L’autre partie à sa nouvelle idée: Pool.

Parcourant elle-même beaucoup de vide dressing et de brocantes, elle est partie du constat que finalement, elle n’achetait que très peu lors de ces ventes de seconde main. Mais pourquoi ? En y réfléchissant, c’est le côté « appartenance » des vêtements qui la gêne.

La solution ? Effacer toute l’histoire du vêtement

Pour ce faire, Marine ôte les étiquettes informatives d’origine, de 3km de long qui grattent, mais également celle de la marque. Pas de panique, elle ne laisse pas le vêtement tout nu. Elle y appose à la place un marquage « neutre ». Taille, composition, provenance, entretien, tout s’y trouve en version reformatée. La seule chose qui manque c’est la marque. Mais quel est le but de cette démarche ? Que les pièces soient présentées, et uniformisées, comme des pièces neuves. L’idée ici est de rendre l’expérience d’un shopping « neuf ».

Mais ce n’est pas tout, la réflexion de Marine sur l’achat de seconde main veut bousculer l’acte subjectif lié à une marque. Elle s’attaque au côté marketing, et au fait de vendre du rêve via l’identification à une marque. L’idée est donc de neutraliser les préjugés sur les marques. Une marque chère n’est pas gage de meilleure qualité. Depuis son expérience dans son atelier/boutique, Marine est, par exemple, très attentive aux coutures. Pour elle, ce n’est pas une marque qui change, c’est le travail derrière chaque pièce, les coutures sont un bon indicateur. Son expérience l’a amenée à distinguer certains détails pour permettre un travail de retouche plus ou moins facile, et donc déterminant dans le budget d’une robe de mariée. Une couture « pour faire joli » peut amener un démontage intégral pour une retouche d’un cm. Conclusion, on se retrouve avec des prix qui s’envolent. C’est en étudiant les prix et les heures prestées, et en se posant à côté d’une couturière qu’elle a pu se rendre compte de tout l’envers de la conception et vraiment comprendre où se situaient les coûts. Et la façon d’optimaliser la réalisation.

Avec Pool, elle veut remettre les pendules à zéro. Car acheter des pièces en seconde main n’est pas toujours gage d’achat malin. Ce sont parfois les pires achats car on se cantonne dans la recherche d’une marque en se focalisant sur le gain financier, le prestige ou toute autre signification. Résultat, on embarque une pièce même si ce n’est pas la bonne taille mais que c’est « hyper avantageux et que c’est de la marque ». Parfois, la taille est bonne mais on n’aurait pas acheté la couleur, la matière, la coupe mais sous prétexte de « bonne affaire », on la ramène. Et finalement, ces pièces ne seront quasi jamais mises car dès le départ elles ne collent pas mais la marque a été le levier dans la décision d’acheter…

Jeu de chaise musicale

Marine achète ses stocks par lot, et débarrasse les intéressées de toutes leurs fringues mises au rebut d’un coup. Et oui, caractéristique propre à Pool, Marine prend tout. Elle ne fait aucune sélection sur les marques et ne se cantonne pas à un style particulier. Certaines pièces ne seront peut-être pas vendues mais elle offre un prix et débarrasse la cliente de ses invendus. Par expérience, qui n’est jamais partie en brocante ou en vide dressing et revenue avec un, ou plusieurs sacs, sur les bras ? Car on ne vend jamais tout d’un coup. Reste donc a décidé que faire en fonction du résultat : refaire une vente, changer de lieu de vente ou encore donner ou recycler. Marine vous simplifie la vie et prend tout. Et ses invendus ou ceux qui ne seront peut-être jamais en vente ?

Pour Marine, le recyclage n’est pas une solution. Le tout n’est pas de recycler ses pièces car en amont, il y a quand même la déforestation et les besoins de ressources pour produire toutes ces matières différentes. Et en fin de parcours, on sort notre sac mais on n’a pas le nez sur nos déchets et sur le fait qu’ils ne seront pas entièrement recyclés. On est, en général, pas assez informé sur les matières et leurs conséquences sur la planète, comme le coton et le viscose. Avec Pool, elle se lance dans un combat sur le fait de consommer autrement, d’informer les gens sur les conséquences. C’est sûr qu’on ne sait pas gagner sur tous les plans mais des initiatives, et une meilleure façon de consommer, peuvent soulager la nature et l’homme.

Lifting time: en quoi consiste son apport?

Tout d’abord chaque lot est soigneusement lavé ou emmené au pressing. Ensuite, si nécessaire, elle répare une couture qui a lâché ou un bouton perdu. Afin de laisser une trace de son passage et montrer les retouches, tous ses petits gestes sont réalisés dans une couleur différente. Premièrement, pour un bouton, rare sont les probabilités de retrouver le même, ou que la cliente l’ai laissé attacher à l’étiquette. Et surtout son but n’est pas de cacher ce qu’elle a modifié. Marine coupe donc toutes les étiquettes dès qu’elle rachète les pièces à ses clientes. Et y appose les siennes. On retrouve donc quatre icônes, une pour la taille, une pour la provenance, une pour la compo et une pour les infos d’entretien.

Enlever les étiquettes peut en choquer certains et/ou perturber l’acte d’achat mais c’est bien de ça qu’il est question. Son but est d’offrir une autre solution. Une pièce « nice to have », que les gens trouvent non pour la marque mais parce que cela leur plait vraiment. Une pièce affranchie de toute subjectivité ou préjugé, conscient ou inconscient.

A vos agendas si vous voulez tenter l’expérience

Où, quand, comment ? Pour l’instant, elle a déjà fait deux ventes, en mode pop up store. Le principe: investir un lieu l’espace de quelques jours. La troisième a lieu du 20 au 24 février au Corner 41, dans le quartier du châtelain. Toutes les ventes sont diffusées via la page Facebook. Le compte instagram se veut plus informatif sur le milieu de la mode, de la consommation, des matières, …

Bénédicte van Egeren