Prolongeons l’été en alliant qualité, style et durabilité grâce à W.R.Yuma

Plus de six mois se sont écoulés depuis que j’ai rencontré Sebastiaan. Et si j’ai attendu tout ce temps pour vous en parler, c’est parce que tout simplement ses créations étaient toujours à l’état de prototypes. J’ai choisi de vous le présenter aujourd’hui car c’est un moment symbolique pour lui et pour sa jeune marque W.R.Yuma car son projet naît publiquement et officiellement. Innovant, technologique, sensé, mûri, circulaire, voilà déjà quelques adjectifs pour définir ses créations avant de passer aux choses sérieuses.

Changement de route

C’est en accompagnant des porteurs de projets dans le domaine de l’économie circulaire pendant cinq ans que l’envie de créer son propre business est née. Sebastiaan de Neubourg, ingénieur civil de formation avec un goût pour la création, se jette dans le vide en novembre 2015. Il ne lui reste plus qu’à choisir parmi la centaine d’idées qu’il a en tête et se faire accompagner pour voir se concrétiser SON idée.

«  Si je ne le faisais pas, j’allais le regretter »

Son choix s’est porté sur la fabrication de lunettes de soleil mais son projet va plus loin. Avant de se plonger dans le vif du sujet, un petit mot sur le nom de la marque W.R.Yuma et sa signification ! W.R pour we are, et Yuma désigne le lieu le plus ensoleillé…bien trouvé, non ? Et chaque modèle porte le nom d’une étoile.

Mais pourquoi avoir choisi de confectionner des lunettes ?

C’est vrai, le plastique et la 3D permettent une multitude de choses. Que se cache-t-il derrière ce choix bien précis ? Pas juste l’envie d’habiller tout un chacun d’une paire de lunettes recyclées. Le message est beaucoup plus fort et va au-delà du simple produit. Convaincu qu’on peut diminuer encore drastiquement les déchets, Sebastiaan veut avec ses lunettes inviter tout un chacun à avoir « un autre regard » sur les déchets.

Les lunettes sont un symbole, un vecteur de communication fort. Ce qui nous mène au cœur du projet qui est le recyclage, l’économie circulaire mais surtout boucler la boucle car finalement l’économie circulaire est très vaste et chacun fait du circulaire à son niveau. Ici, le but est d’avoir en main tout le processus et pas juste une étape.

Des lunettes de soleil de qualité à partir de déchets plastiques

Dans un premier temps, il dessine cinq modèles de lunettes. Son goût pour les partenariats l’amène déjà à penser au futur. Une collaboration avec une designer n’est pas à exclure, l’idée de sortir des modèles capsules fait son chemin.

De quoi est faite cette monture ? Elle est imprimée en 3D à partir de différentes matières en fonction des modèles (et des couleurs). On retrouve comme matériaux recyclés du PET, des frigos et des tableaux de bord de voiture. Le plastique noir, issu des tableaux de bords, provient des Pays-Bas, le plastique blanc provient des bouteilles de soda abandonnées sur les plages européennes, l’encre provient des frigos recyclés. La marque travaille sur la potentielle réutilisation de matières naturelles telles que les algues, les filets de pêches, le café,…

Les verres sont de la marque italienne Mazzucchelli, une qualité premium made in Europe, hors de question de faire des concessions sur la qualité.

Production locale en mode zéro déchet

Pourquoi avoir choisi l’impression 3D pour réaliser les lunettes ? Cette technique permet l’utilisation d’une large gamme de matériaux mais surtout celle de nouveaux matériaux durables. Une liberté totale dans le design, tout est possible. Une customisation, par exemple graver le nom sur mesure.

L’impression 3D limite les déchets de production, en prenant la juste quantité de matières premières. Qui dit 3D ne dit pas que tout est automatisé. Une fois la découpe effectuée, une grande partie est faite à la main. Tous les éléments doivent être polis puis minutieusement assemblés. Enfin, les verres sont découpés et insérés dans la monture. Tout cet assemblage n’utilise aucune colle ou matériaux toxiques de façon à pouvoir rapidement démonter la paire et recycler chaque petite pièce composant les lunettes.

Sebastiaan a appris à monter des lunettes car autant vous dire que tout ça lui était parfaitement inconnu auparavant. Il a passé des heures à faire des tests et assembler ses multiples prototypes. Ultérieurement, la production sera déléguée à un atelier protégé en Flandres.

Leitmotiv, boucler la boucle

L’objectif final est de recycler l’entièreté de chaque modèle, et d’arriver au fameux « close the loop ». Pour y arriver, W.R.Yuma met en place un système de reprise de l’ancien modèle, en offrant une réduction sur la paire suivante qui augmente avec le temps que vous conservez votre paire. En échange, vous avez la garantie que votre paire sera entièrement recyclée et réutilisée.

Une idée folle pour le futur ?

Se rendre sur les festivals, récupérer les gobelets, les recycler et réaliser ses lunettes en live à partir des déchets des festivaliers. Sebastiaan imagine aussi un distributeur automatique de lunettes à la façon d’un distributeur de soda ! Why, not!

3,2, 1, GOOOOOOO…..le crowfunding est lancé

Depuis dix huit mois, Sebastiaan travaille sur fonds propres. Afin de pérenniser le projet et lancer sa première production grand public, il se tourne vers le public. Sa levée de fond est officiellement lancée, elle servira surtout à investir dans les matériaux qui composent les lunettes tels que les verres, les étuis et le packaging. Good luck!

 

Bénédicte van Egeren

Bien dans ses pompes bien dans sa tête

Synonyme de joie de vivre, de légèreté, de bonne humeur, de chaleur mais surtout partenaire idéal de l’été. C’est LE moment de vous présenter Rarámuri. Des modèles bien pensés, des matériaux de grande qualité, une production européenne, bref des créations conçues de façon réfléchie et respectueuse. Concept original d’Edel, sur base d’une idée ingénieuse issue du bout du monde.

Le voyage comme étincelle

Edel est enseignant de formation et de profession mais surtout un aventurier dans l’âme. C’est donc tout naturellement qu’il décide d’arpenter seul l’Amérique Latine. Des volcans du Nicaragua en passant par du bénévolat au Guatemala sans oublier les montagnes mexicaines, qui marqueront à jamais son périple. C’est lors de l’ascension de ces dernières qu’il rencontrera une tribu indienne qui ne le laissera pas indifférent. Cette tribu se nomme les « Rarámuri » ou littéralement « ceux qui ont les pieds légers ». Elle réalise ses chaussures à partir de pneus de voiture et de rubans. Réputée pour son endurance, cette tribu parcourt des dizaines de km chaussée de cette façon.

Simplicité & créativité

De retour en Belgique, il ne lui faudra pas longtemps pour ajouter une corde à son arc et devenir jeune créateur de sandales. Activité qu’il mène de front avec celle d’enseignant. Et c’est donc quelques mois plus tard qu’il débutera la création de ses sandales « Rarámuri ». Les deux premiers modèles sont Tulum et Cancun, en référence aux villes dans lesquelles il a séjourné mais surtout le pays qui l’a inspiré, le Mexique. L’année d’après, en 2016, il dote sa collection de deux modèles supplémentaires (Chalco et Chilon) pour permettre à chacun de trouver chaussures à son pied.

Zoom sur la collection mûrement réfléchie

Quatre modèles, sept façons de les attacher, des variations de couleurs infinies. Le principe est simple, chaque paire de sandale s’habille d’un ruban à nouer. Ce ruban s’adapte d’un modèle à l’autre et peut donc être remplacé au gré des tenues. C’est ce détail qui permet de twister son style avec une unique paire de chaussures. Quelques rubans suffiront à offrir une infinité de possibilités. Simples, confortables et originales.

Fabrication de A à Z

C’est Edel lui-même qui a dessiné les sandales. Ensuite, il s’est attaqué à l’étude des matériaux pour réaliser ses modèles. Après de longues comparaisons, il a finalement opté pour du cuir et du caoutchouc. Agrémenté de corde naturelle, pour le modèle Chilon. Tous les matériaux proviennent d’Italie et la fabrication a lieu en Espagne.

Les tissus utilisés pour les rubans proviennent de chute de tissus. Les rubans sont ensuite assemblés dans un atelier en Belgique.

Rarámuri soutient la scolarisation

 Une partie des bénéfices est reversée à une ONG, “Cooperative for education” qui mène une campagne nommée “The thousand girls initiative”. Cette dernière n’a pas été choisie au hasard. Elle œuvre à soutenir l’éducation de jeunes filles au Guatemala.

Bénédicte van Egeren

Accessoire d’un jour, accessoire de tous les jours, les Bertelles de Bruxelles

C’est de saison, quoique certains les portent tous les jours. Pas de doute ça relève un look. Cet accessoire plutôt perçu comme « old-school » revient sur le devant de la scène, pour les mariages mais pas que. Remises au goût du jour avec une petite touche chic et décalée, à chacun sa paire de Bertelles !

Les partners in crime

La marque de chemise casual chic Abbie & Rose ça vous dit quelque chose ? Oui, non, vaguement ? Bref, c’est le bébé de Gilles auquel Quentin est venu apporter son soutien créatif. De fil en aiguille, ils ont eu une deuxième idée, celle de se lancer dans les bretelles. Et c’est donc ensemble qu’ils ont décidé de créer Bertelles, il y a deux ans. Gilles tient la corde des finances et Quentin amène son lot de créativités. Pour gérer Bertelles, ils ont fait appel à Nuria. C’est elle qui est aux commandes des opérations de la marque aux pinces!

Sans oublier Berty !

La mascotte qui se retrouve sur toutes les photos de la marque.

 « On aimait bien l’idée de dépersonnaliser nos mannequins en leur mettant une tête d’animal. Ca apportait aussi un côté plus « fun » à notre communication. Les bretelles sont à la base pas très « modernes » dans l’inconscient collectif, on voulait montrer que c’était une idée reçue. En ce qui concerne le choix de l’écureuil, il y a deux raisons. Premièrement une tête de crabe aurait été moins esthétique visuellement et finalement, entre nous, c’est tout ce qu’ils avaient en magasin  »

Et pourquoi des bretelles ?

Lors d’une discussion « accessoires » avec des amis qui font des nœuds papillons cousus mains à Lille, un constat leur saute aux yeux. Dans le secteur du mariage, une forte demande en matière de bretelles est en train de voir le jour.

« Le style est une manière de dire qui vous êtes, sans parler. Bertelles, c’est l’accessoire ultime pour arborer un style alliant chic et décalé. »

C’est là qu’est née l’envie d’aller au-delà et d’introduire les paires de bretelles dans le quotidien de l’homme moderne. C’est donc sur un coup de tête que le projet est né mais le pari suit son petit bonhomme de chemin.

Hand made in Belgium !

Allier le style et le local, c’est la base de la philosophie de Bertelles. Pour y arriver, ils n’ont donc pas été bien loin. C’est à Gand que sont confectionnées leurs collections. Tout est fait main dans un atelier familial spécialisé dans la fabrication de bretelles et ceintures depuis quatre générations.

Pour l’instant, à partir de modèles existants, l’équipe choisit les couleurs, les textures et les motifs au gré de l’évolution des tendances. Mais il n’est pas exclu qu’un nouveau modèle designed by Bertelles voit le jour.

«URBAN», «ELEGANT» ou «BUSINESS»

Plusieurs modèles composent la gamme, des fines, des larges, à pinces ou « superior ». Pas de doute, les Bertelles peuvent se porter en toute occasion. Elles surprendront quand le moment de tomber la veste lors d’un mariage sera venu, elles donneront un certain cachet dans le monde professionnel sans compter la touche d’originalité qu’elles ajouteront à un look basic : jeans & tshirt.

Au niveau des motifs, on retrouve du texturé tel que le cuir tressé mais aussi des élastiques à motifs comme les pois ou encore les unis, pour un look plus discret.

Bref, l’embarras du choix ! Les kids ne sont pas en reste grâce au modèle enfant spécialement conçu pour être stylé dès le berceau!

Les do & don’t by Bertelles

Porter des bretelles, ça vous paraît compliqué ? Inconnu ? Si vous êtes novices dans le port de bretelles mais que vous avez envie de donner ce petit quelque chose à votre look, une rubrique conseil vous attend sur leur site. Elle vous aiguillera dans vos premiers pas. Mais retenez bien une chose, la ceinture ou les bretelles, c’est comme boire ou conduire, il faut choisir ! A partir de là vous êtes officiellement prêt à choisir celles qui vous tiendront compagnie !

Essai EN live

Ce samedi 24 juin de 11h30 à 17h venez les retrouver lors du sunny pop up store de la terrasse 02 à l’hippodrome de Boitsfort.

Bénédicte van Egeren

 

Une adresse, deux superwomen, trois mois. Et plus si affinité…

Chou’Ket, c’est l’histoire de deux entrepreneuses qui unissent leurs forces pour prendre un bain de foule. Et qui embarquent avec elles pas moins de 40 créatrices. Résultat, un concept store axé sur la petite enfance qui a installé ses quartiers dans le pop-up « l’auberge espagnole » pour une durée de trois mois. Un test grandeur nature qui leur permettra, on leur souhaite, une installation dans un nouveau lieu au terme de cette belle aventure.

Tatamy plus areuh égal Chou’Ket

Derrière Tatamy, on retrouve les doigts de fée de My. Diplômée en stylisme modélisme, elle a travaillé pendant une quinzaine d’annéeS en tant que styliste pour de grandes maisons belges. En 2014, elle crée Tatamy et son produit phare, les gigoteuses. Elle agrandit sa gamme avec des accessoires mais surtout les fameux tipis, présents dans toute bonne vitrine de magasin pour enfant. C’est lors de son parcours en coopérative d’activités qu’elle rencontre Marie-Gabrielle, diplômée en art plastique – graphisme. Pendant une dizaine d’années, Marie a travaillé comme graphiste – web designer avant de lancer sa marque, Areuh. Elle propose des faire-part, boîteS de dragée, bavoirs et accessoires, qu’elle assortit au gré de vos envies.

De leur rencontre, naquit d’abord une collaboration sous le signe de l’échange, l’entraide et la motivation pour faire avancer leurs marques respectives. Car faire sa place en tant que créatrice au milieu des requins bien installés, c’est pas évident. A force de réflexions, elles se sont également rendu compte que les concepts stores, en général, axent leurs offres de produits sur le made in Belgium, le local, l’artisanal,…Mais qu’au final, aucun lieu ne rassemble sous un même toit des gammes de créateurs made in Europe dans le domaine de l’enfance.

Bruxellois, jusqu’au nom

Vous voyez le rapport entre Tatamy, Areuh et Chou’ket ? Moi, non ! Je suis sûre qu’il y a une jolie explication là derrière ! Et en effet, c’est My qui la conte…

« En allant chez Marie-Gabrielle pour notre réunion quotidienne du projet, je me retrouve au feu rouge de la place Dailly avec comme vision la foire qui s’était installée. Witte Madameke était prête à servir ses croustillons, et moi je raffole des croustillons. Puis je trouvais le mot « croustillons » mignon, et en parlant avec MG, on est tombé sur chouquette qui est un peu l’équivalent du croustillons… Et comme tout bonne bruxelloise, on voulait mettre le Ket en avant. Chou’Ket… pour nos petits choux, et pour nos ptit Ket’ »

Maintenant qu’on a le nom, penchons-nous sur le lieu!

Peut-être connaissez-vous déjà le pop-up de « l’auberge espagnole » ? Cet espace détenu par Atrium et qui depuis un an accueille des candidats commerçants pour une durée de trois mois. Via ce concept, ils peuvent tester leur projet dans cet espace situé dans une rue piétonne qui donne sur la place Jourdan. Tour à tour ces produits made in Europe sont à découvrir dans ce bel espace remodelé trimestriellement.

Et à l’intérieur, que se trame-t-il ?

Pour meubler cet espace, elles se sont bien entourées. En plus de leurs propres collections, elles ont invité pas moins de 40 créatrices pour offrir une offre la plus hétéroclite possible. On y trouve, entre autres, des vêtements, des accessoires, du mobilier et des cosmétiques destinés aux (futurs) parents.

Une des raisons d’être de Chou’Ket, c’est aussi d’amener la production locale au consommateur et d’expliquer qu’on peut consommer autrement, et mieux. Elles ont mis un point d’honneur à respecter une certaine ligne de conduite à savoir des productions locales (belges ou made in Europe), de type artisanale, avec des matériaux issus du commerce équitable ou de la récup. Mais aussi une cohérence et une offre la plus complète possible. Ne vous étonnez donc pas si par exemple vous ne trouvez qu’une partie de la collection d’un créateur. C’est fait exprès ! Pourquoi ? Très simple, pour lisser l’offre au maximum. Exemple, si dans une collection on retrouve des vêtements, des bavoirs et des doudous et que dans une autre on a une spécialisation en bavoirs. La première marque se verra sélectionnée pour ses vêtements tandis que la suivante complètera l’offre avec ses bavoirs. Chou’Ket a pensé à tout, rien n’est fait au hasard. Tout ça pour garantir une belle représentativité et ne pas crouler sous le mêmes type de pièces !

Plus qu’un magasin, un lieu de rencontres et d’échanges

Toute une gamme d’ateliers est également proposée. Qu’ils soient créatifs, cosmétiques ou encore axé bien-être. Il y en a pour tous les goûts, et tous les âges, pré-post natal, ou encore kids friendly. Ils sont donnés par différentes professionnelles, invitées pour l’occasion. Bref, de quoi s’essayer à de nouvelles expériences ou de s’initier à des domaines inconnus. Un atelier crochet, ça vous tente? Avouez que les fruits en crochet, c’est plus sexy que la version plastique !

Bref, Chou’Ket  ça respire le vrai, le beau, l’unique

N’hésitez pas à leur rendre une petite visite par curiosité, pour faire plaisir ou se faire plaisir ou encore pour participer à un des nombreux ateliers organisés. Ça se passe chaussée de Wavre, 331 à  Bruxelles.

Bénédicte van Egeren

Tout se détourne, rien ne se perd dans l’univers de Phil by Philippine Henry de Frahan

Ma première rencontre avec Philippine date d’il y a plus de deux ans. Véritable coup de cœur, je n’ai cessé de la suivre, que ce soit lors de ses ventes ou pour une commande spéciale (oui oui ma collection s’agrandit et c’est devenu une addiction familiale). Je vous partage aujourd’hui cette belle découverte déco. Tout est fait handmade, essentiellement à partir d’objets dénichés par ses soins à diverses occasions. Une imagination débordante et des créations en perpétuelle évolution.

D’où vient ce goût et cette maîtrise de la déco?

Instit de formation, Philippine n’a exercé qu’un an avant de se tourner vers le privé pour ensuite claquer définitivement la porte et se lancer à son propre compte pour le plus grand bonheur de nos intérieurs. Mais d’où vient cette passion? Dès son plus jeune âge, une fois par an, elle chamboulait sa chambre et déménageait l’intégralité « pour refaire vivre l’espace et le redécouvrir». Sa mère, très branchée déco, était dans le milieu de la brocante et composait des vitrines.

Faire des choses de ses mains, chipoter, transformer les objets…elle adore. L’aventure a commencé au détour de deux pots à lait, revisités pour l’occasion. Ne servant plus de contenant, leur utilité a basculé, ils ont pris place dans un salon en guise de luminaire. De retour derrière son ordi au boulot, ses pensées turbinent, elle savait qu’elle se plantait de job. Elle décide donc de refaire une lampe avec des objets chinés. Le coup d’envoi est donné.

De la lampe au tableau, il n’y a qu’un pliage

 Les lampes, elle les a quasi toutes faites. Tout ce qui se trouve sur un étal de brocante ou dans un grenier est susceptible de se retrouver à éclairer une pièce. De la rappe à fromage au cadre de raquette, en passant par les ressorts, les livres ou bien la passoire. Le tout surmonté d’une grosse ampoule à filament et d’un fil coloré. Même si toutes les lampes sont différentes, une impression de tourner en rond s’est fait ressentir, il y a peu. Plus particulièrement dans la maîtrise de la technique. En recherche de nouveautés, de challenges et de créations,  elle s’est mise à travailler le papier. Quel est le lien ? Si on creuse, les livres sont présents depuis le début dans ses créations. Déclinés en lampe, que ce soit une pile de livre comme socle, puis un pliage qui fait office de socle. Pour ensuite arriver au livre « assiette » façon déco murale. Vous savez celles qui trônent dans la salle à manger de grand-mère ? Philippine a décidé de les remplacer par des livres en « pliage ». De là, il n’y avait plus qu’un pas pour réaliser un tableau. Vous me croirez donc si je vous dis que c’est plutôt les deux pieds joints qu’elle s’est lancée.

« Le tableau, c’est l’éclate ! »

Et voilà, message plus que clair ! Pas de doute, elle s’amuse beaucoup en les faisant et ils ont un succès de dingue. Le premier a été fait en septembre 2015. Rapidement rejoint par un deuxième, qui a été acheté pour décorer un appartement témoin. Dont elle fut la première surprise du résultat sur photo. Ni une ni deux, elle le poste sur les réseaux sociaux et se laisse porter par le flot de retours positifs. Si les débuts sont plutôt orientés livres de voyage et poche, surtout les très vieux avec des tranches colorées rouges, jaunes, verts, qui n’existent même plus.  Au détour d’un vide grenier les cartes routières et les partitions sont venues rejoindre la fine équipe des vieilles reliques.

« Quand tu vides un endroit, tu trouves des choses auxquelles tu n’as même pas pensé. C’est différent de quand tu vas acheter (même en seconde main) ou tu trouves ce pour quoi tu es venu. La stimulation est complètement différente. Partir d’une idée et trouver l’objet ou partir de l’objet et le faire vivre. »

En un an et demi, les tableaux ont déjà bien évolué. Que ce soient les pliages, la matière première ou le support. Du bois au plexi, en passant par la possibilité d’introduire un miroir. Bref, il y a moyen de chipoter et de s’améliorer tout en proposant de nouvelles choses, à l’infini. D’ailleurs, un projet de table basses est à l’étude…affaire à suivre donc !

 « C’est primordial de toujours innover, recréer quelque chose. C’est aussi bon pour toi que pour les autres. »

De ventes privées en vente privées

C’est son moyen à elle de se faire connaître, ou suivre. Comment se passent ces ventes ? Sont- elles toujours « rentables » ? « OUI, soit humainement soit financièrement mais elles apportent toujours quelque chose ». Lors de sa dernière vente, un de ses clients s’est avéré son prochain fournisseur de plexi (qui a une petite usine à Drogenbos)… Voilà un nouveau contact de créé mais qui reste différent d’un pur contact professionnel ou social… Un échange avec des réponses qui aident à avancer. Le hasard n’est-il pas bien fait ?

Les challenges de Monsieur et Madame tout le monde

Les commandes des particuliers amènent leur lot de joies et de tortures. On lui a par exemple demandé de réaliser un tableau à l’aide d’une bible…elle a donc dû apprivoiser la technique du pliage pour des feuilles de bibles qui sont au combien fines et délicates et ne se laisse pas faire comme un vieux livre de poche tout raide…Si faire quelque chose de particulier permet de développer de nouvelles choses. Le côté humain est également aussi fort présent. C’est du pur plaisir de réaliser ce type de commande, tantôt elle s’amuse tantôt elle s’arrache les cheveux! Mais ce qui est sûr, c’est que c’est un moteur de l’évolution, comme dans tout métier !

Et si vous vous demandez si elle a lu tous les livres qu’elle plie, la réponse est non! Mais il n’est pas exclu qu’elle en mette un de côté pour le lire avant de le plier. Par contre, aucune pitié pour le démonter et lui donner son nouveau statut.

Bénédicte van Egeren

Louis Le Sec, l’innovation au service des parents

Une idée ingénieuse, fut ma première réflexion quand j’ai pris connaissance du concept de Louis le Sec. Il est ludique : on peut raconter de belles histoires. Agréable : il est en 100% jersey de coton peigné, tout doux d’un côté et une membrane PU de l’autre. Utile : vous n’avez toujours pas deviné ? Allons découvrir ce que Sophie a imaginé !

Intelligent et non redondant

Sophie, ingénieure de gestion de formation, s’appuyant sur son expérience de maman a imaginé le linge Louis Le Sec. C’est donc en partant du terrain qu’est née cette idée. Le but, simplifier la vie des parents. Mais quoi, personne n’y a pensé avant ? Un peu mais pas de façon si ficelée et étoffée. Sophie est passée par le « réseau entreprendre » grâce auquel elle a pu tester son produit avant de lancer sa marque. Au final, tous les produits sont très peu concurrencés. Ça tombe bien! Aujourd’hui, Louis Le Sec vient de fêter ses trois printemps et est revenu en force avec plusieurs nouveautés.

Mais de quoi s’agit-il en fait ?

L’idée part du principe d’une alèse et d’un drap housse pour protéger les fuites. Sauf qu’ici, ils sont cousus ensemble, et que le même principe s’applique à la housse de couette. Ça c’est plutôt astucieux ! Ça donne deux côtés tout doux car la membrane se trouve à l’intérieure de la housse, et dès lors la couette se trouve entièrement emballée de la membrane.

Un petit mot sur cette « membrane ». De son petit nom PU (polyuréthane), c’est une molécule organique très utilisée dans le monde médical. Elle est imperméable, silencieuse et respirante. Pour faire simple, elle laisse passer les molécules de vapeur mais pas celles d’eau. Magie !

             

Et Louis Le Sec est fait à la main et belge ! Le tout est conçu dans des ateliers protégés. Sophie travaille également avec deux graphistes bruxelloises pour illustrer les collections. Les motifs racontent des histoires. Et comme c’est souvent au lit qu’on les raconte, la housse peut faire office de livre. C’est cette petite note ludique qui différencie les produits Louis Le Sec.

Il n’y a pas d’âge pour se rouler au chaud dans un Louis Le Sec

Car si en général, on trouve de quoi protéger le matelas, ici on vous propose la totale ! Matelas, oreiller, housse de couette, de coussin à langer et de coussin d’allaitement. Bref, tout le tralala qui une fois mouillé n’est pas si dramatique mais bien ennuyant et peu agréable… A composer soi-même, de couleurs unies, de motifs, toute la gamme a été pensée pour être mixée.

           

Sans oublier les bavoirs et « all-around », la version imperméable des langes tétra. Bonheur garanti. Mais le produit phare est sans doute la cape de bain, qu’on peut enfiler et qui nous garde sec puisqu’un côté est composé d’éponge, et l’autre de la membrane qui stoppe l’eau. De quoi passer l’épreuve du bain haut la main.

Erreurs à ne pas répéter & conseils d’utilisation utiles

Si vous non plus vous n’avez pas de séchoir, je vous livre quelques conseils pour ne pas vous retrouver avec une expérience plutôt fastidieuse de lavage ou plus exactement de séchage. En effet, la perméabilité de Louis le Sec fonctionne tellement bien que la partie séchage peut prendre du temps en tout cas pour la housse de couette dont l’intérieur est entièrement perméable !

Donc on met son linge à l’endroit dans un filet (pour ne pas abîmer la membrane dans la machine). Bien remplir sa machine, car il a une fâcheuse tendance à se retourner, et là c’est la flaque garantie ! On étend ensuite le tout dans la pièce la plus chaude et quand c’est sec à l’extérieur, par précaution, retourner pour vérifier que l’intérieur à bien séché !

Pour le reste, le seul conseil, c’est de les mettre à l’abri dans un filet pour que rien ne soit endommagé dans le tambour ou avec les tirettes,…

Louis le Sec x Tale me
Une partie de la gamme était déjà dispo chez Tale me. A Noël, dans le cadre de la Box, des carrés démaquillants ont été imaginés. Au vu du franc succès, ils sont pérennisés et seront sur le site dans les plus brefs délais. Dans la foulée, les housses de coussins d’allaitement ont vu la collection se doter de deux nouveaux motifs, Ours et Feuilles, conçu pour Tale Me mais qui seront également bientôt dispos sur le site pour tous les particuliers. Chouette!

Bénédicte van Egeren

A tomber, la pâte à tartiner d’Eugène Chocolatier !

Dans ma course de fin d’année aux cadeaux belges, en composant un panier gourmand chez Farci, je suis tombée nez à nez avec des petits pots inconnus. Un rapide tour des étiquettes plus tard, ma curiosité s’éveille avec l’intitulé caramel sirop de Liège. J’en choppe un pour offrir et oui j’avoue j’en ai craqué un aussi! Alors je vous partage l’histoire d’Eugénie et ses ptits pots surprenants. Découverte pur plaisir garanti.

Eugénie grande amoureuse du chocolat depuis son enfance

Avant de se lancer dans ses études, elle a arpenté deux ans durant l’Equateur et le Venezuela. Sur place, elle a bossé dans des plantations. Pur hasard ? A son retour, Eugénie doit choisir ses études. Grand dilemme. Elle finira par s’inscrire à l’ICHEC. Et la passion chocolat alors? Hors de question de l’abandonner, elle s’inscrit en cours du soir au CERIA, dans la spécialisation chocolaterie/confiserie. Et voilà, c’est parti pour quatre ans de doubles études. Côté chocolat, c’est chez Laurent Gerbaub, chocolatier à Bruxelles, qu’elle réalise son premier stage. Il lui transmet la finesse du chocolat et l’importance du choix des ingrédients. Lors de son second stage, à l’ancien Côte d’Or près du Sablon, elle apprend plutôt l’opérationnel et la maîtrise des produits. Postée face au public, ses tâches consistent à travailler les matières devant le public sous forme de mini démonstrations.

GOGOGO

Son diplôme en poche, Eugénie se met à composer des recettes à la demande. Elle adore chipoter, mélanger, goûter, recommencer pour enfin trouver le mariage parfait entre la crème de la crème des ingrédients. Elle s’adapte aux exigences et compose selon les goûts et budgets. Après deux ans, l’envie de développer son produit la titille. Rapidement, elle trouve son créneau: le marché manque de bonne pâte à tartiner, sans crasse ajoutée. La voilà donc en cuisine, elle compose ce qui serait LA pâte à tartiner en ne tenant absolument pas compte du prix des ingrédients. Elle mise sur la qualité, ce qui compte c’est le résultat et il faut qu’il soit exceptionnel. Les ingrédients sont issus de l’agriculture biologique, elle s’est vue obligée d’acheter le logo pour pouvoir certifier la provenance sur l’étiquette. Coût dont elle se serait bien passé puisque ses ingrédients sont de toute façon bio!

Praliné, le petit premier

Avec lui, Eugénie voulait une pâte à tartiner qui n’ait pas ce goût de noisettes enfantin. Pour ça, elle a mis le paquet sur les fruits secs (62%). On y retrouve des noix, des noisettes et des noix de cajou. Du coup, ça laisse une petite sensation de rugueux au contraire de la pâte classique, toute lisse. Côté sucre, elle a opté pour le nectar de fleur de coco (héritage de ses deux premières années). Pourquoi ? L’objectif est que le produit ne soit pas trop riche en sucre. Le nectar offre une bonne alternative aux dérivés du sucre tels que le stévia. Les produits sont sans lactose. L’huile et les conservateurs sont également absents, le but est d’épurer au maximum la liste d’ingrédients et de ne pas obtenir une pâte « fourre-tout ».

De la compagnie pour ce cher praliné

Pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Surtout quand les possibilités d’extension de la gamme sont quasi infinies et que sa tasse de thé c’est justement de cogiter de bonnes recettes! La saveur de sa deuxième réalisation, elle la doit à l’insistance de ses amis. Devinez ce qu’ils voulaient ? Un classique, pas si classique à trouver en pot. Caramel beurre salé ! Qui s’est vite fait rejoindre par un dérivé de cette lumineuse idée : le fameux caramel au sirop de Liège, né accidentellement. Car si de prime à bord, le sirop de Liège n’est pas toujours le produit qui fait rêver, Eugénie a vite changé d’avis à l’issue d’une rencontre avec un producteur de sirop de Liège. Mais du vrai de vrai, composé de 90 % de poires et 10% de pommes. Un beau matin, elle avait tartiné d’un côté du sirop de liège, de l’autre son caramel beurre salé…mais pourquoi ne pas assembler ces deux tartines? En effet, c’est une très bonne idée !

Pour le quatrième, on garde la base de caramel et on part dans une recette plutôt originale. Née d’une collaboration avec Cyril, créateur des biscuits bruxellois Mad Lab. Eugénie récupère les sirops de citron et de gingembre qu’il produit, pour réaliser ses confits, mais dont il n’a aucune utilité. C’est de cette rencontre que provient le petit dernier: caramel citron gingembre.

C’est compliqué à faire ?

Produire le caramel est beaucoup plus intense que faire le praliné. C’est physique, il faut remuer sans cesse et tout doit s’enchaîner assez rapidement. Mais en deux trois heures, elle peut obtenir jusqu’à 45 pots. Pour le praliné, c’est plutôt une question d’organisation. Avant tout, les fruits secs doivent tourner 8 heures dans une machine. Qu’il faut venir ensuite arrêter…Donc la mettre en route le soir et venir à l’aube terminer ses recettes, c’est assez commun pour Eugénie. Car son atelier est à Rotselaar, elle s’y rend deux à trois fois par mois, parfois accompagnée d’un de ses parents. Car pour la petite histoire, ils ont suivi les cours en même temps qu’elle. Un l’aide pour le praliné, l’autre pour le caramel. Eugénie est donc bien entourée car à côté du chocolat, elle bosse à 4/5ème temps.

Quelques idées pour détourner cette pâte à tartiner

Vous allez vite voir que ces produits peuvent s’utiliser de pleins de façons différentes. Que ce soit sur une crêpe, dans le fond d’une tarte, dans un crumble, dans un muesli ou encore une petite cuillère comme dessert. Tout est possible. Et même en version salé, avec du fromage par exemple, le caramel citron gingembre se marie à la perfection. Un restaurant a d’ailleurs proposé pendant les fêtes des toasts au foie gras avec une pointe de caramel citron/gingembre.

Ces petits délices existent en petit et grand formats, 115gr ou 225gr pour les plus gourmands. Ils sont dispo dans une vingtaine de points de vente. A Bruxelles, on est gâté, courrez voir s’il y en a un sur votre route!

Bénédicte van Egeren 

IMWE vous fait voyager dans votre salle de bain

Quelle magie d’utiliser un soin visage qui vous veut du bien, éthique et responsable, produit à quelques centaines de mètres de chez soi. Ça fait maintenant plus d’un an que ces soins ont frappé à la porte de ma salle de bain et se sont incrustés dans mon quotidien pour y amener une touche locale, qui peu à peu se transforme en large majorité. Et comme c’est si près, je me devais d’aller à la rencontre de Candice pour qu’elle m’explique ce qui l’a amené à lancer sa gamme si réfléchie.

Du droit au labo, il n’y a qu’un pas 

Avant de concocter des soins, Candice a exercé comme juriste – criminologue. Quand elle a décidé de passer aux cosmétiques naturels/bio, elle s’est retrouvée face à un grand vide. Oui, il y a quelques années le marché n’était pas encore si développé et offrait surtout des cosmétiques assez bruts surtout au niveau sensoriel. Car l’aromathérapie,c’est sa passion, elle a d’ailleurs suivi une formation dans ce domaine. C’est tout naturellement qu’elle s’est mise à chipoter et créer ses propres soins. Son entourage est vite devenu une clientèle très adepte. A la naissance de sa fille, elle en a profité pour changer de cap et se lancer à 100% dans les produits cosmétiques pour lesquelles elle avait déjà acquis une certaine maîtrise au cours des années précédentes.

Quand elle décide de lancer IMWE, il y a  trois ans déjà, tout est bien rôdé. Avec son idée bien murie et des formules déjà testées en grandeur nature, Candice s’est mise en quête d’un labo pour les valider et donc officialiser la reconnaissance de ses produits. En Belgique, peu de labos sont spécialisés en cosmétologie bio. Le sien se trouve à Liège et répond à ses attentes.

IMWE fait la part belle aux sens

Sans surprise, les senteurs ont une place de choix. On retrouve les huiles essentielles dans les trois soins visages et le soin pour le corps. Ce savant mélange olfactif est bien entendu sélectionné pour ses propriétés mais propose d’aller au-delà du seul soin. Candice veut transformer ce moment en un temps d’évasion et procurer bien plus que l’application d’une crème. Tantôt il procure du dynamisme, de la relaxation, de l’évasion, tout un travail sur les émotions,… Pour les sceptiques de l’odeur, pas de panique, vous ne ressemblerez pas non plus à un arbre fruitier après avoir appliqué votre crème visage. Dans chaque crème, on retrouve entres autres une huile végétale, une huile essentielle et un conservateur, qui joue également un rôle, il n’est pas choisi au hasard. Au final, c’est une combinaison de plusieurs actifs qui apporte chacun sa particularité. Par exemple, les agrumes ont un effet sur la peau grasse, mais apportent également de la fraîcheur et du peps. C’est pour ça qu’on les  retrouve dans le soin Iltaal aux côtés d’une huile comme le Chanvre ou le Jojoba qui ont comme propriétés de réguler le sébum. Vous me suivez toujours ?

IMWE n’est pas là pour vous vendre du rêve. Son objectif est d’offrir des soins riches en ingrédients actifs qui répondent aux besoins de la peau sans promettre la lune. Pour ce faire, la part belle est faite au naturel, la culture biologique, le local mais surtout à la réflexion des formules de chaque soin afin d’allier le meilleur en un rituel. Tous les composants sont documentés et la liste des ingrédients rendue publique, en toute transparence.

Naturel, Bio, Slow Cosmétique…Qu’est-ce que ça signifie vraiment ? Levons le voile !

Plein de jolis mots et parfois des amalgames…mais qu’est-ce qui se joue derrière ? Des mots, des labels et « parfois » du marketing. Certains se monnaient d’autres se méritent. Les produits IMWE n’ont pas le label Bio, qui s’achète et qui peut parfois être moins exigeant que ce que Candice propose. Par exemple, la proportion d’ingrédients bio minimum exigée est de 10% (pour obtenir le premier label Bio), IMWE se situe entre 20 et 30 % en fonction des soins. Je vois déjà vos yeux grands ouverts, mais que sont donc les 70 %?! Purement et simplement la quantité d’eau. Les crèmes contiennent un pourcentage d’eau assez élevé, de 40 à 50 % dans ce cas-ci.

Les produits IMWE sont estampillés « Slow Cosmétique ». What? Vaguement familier? Super connu? Géré par un collectif de bénévoles, cette mention a un côté moins industriel que le label Bio, il véhicule une image plus artisanale. Ce sésame s’obtient après avoir répondu à une liste de quatre-vingt critères. Beaucoup plus exigeant qu’un label Bio, il s’atèle à vérifier l’authenticité et mise sur une grande transparence. Le Slow Cosmétique a le vent en poupe ces derniers mois. Il passe d’une trentaine de marques à quelques cent vingt actuellement. Il regroupe sous une plateforme e-shop l’ensemble des marques, et tous leurs produits, qui ont eu la mention.

Palm free et vegan, le parcours du combattant des ingrédients!

Dans aucun de ses soins vous ne retrouverez d’huile de palme. Pour en arriver là, Candice a été attentive à poser les bonnes questions. Travail de dur labeur de se débarrasser de ce composant présent dans plus de produits qu’on ne le pense. C’est en creusant auprès de son fournisseur qu’elle s’est rendu compte que dans un de ses émulsifiants, dérivé de l’olive, qu’elle pensait safe, la base se composait d’olive et de cette chère huile de palme. Hors de question de continuer avec celui-là, elle a dû relancer les recherches afin de trouver l’équivalent en version palm free.

Une petite touche d’exotisme pour 90 à 95 % de local

La provenance des ingrédients est aussi passée à la loupe, en favorisant au maximum les plus petites distances. La quasi-totalité est issue de l’UE. Les quelques ingrédients exotiques sont bio et le coco est fairtrade, ils viennent inévitablement d’un peu plus loin. Il est difficile de faire du coco belge …

Le packaging n’échappe pas à la règle. Les flacons en verre sont italiens et l’emballage en carton, fait avec du bois des forêts du Nord de l’Europe. Pour le moment, le verre fourni un bon contenant pour pouvoir conserver la propriété des ingrédients (qui ont tendance à être absorbé par le plastique). En outre, au niveau recyclage et écologie il offre un bon compromis.

Où et comment produit-on un lot de soin?

Produire un lot prend environ 6h : peser, mélanger, émulsifier, chauffer, refroidir, embouteiller. A part l’eau, les ingrédients ne sont pas chauffés pour altérer le moins possible les propriétés de tous les actifs présents dans le soin. Candice ne produit pas tous les jours sauf en période de fêtes ou de collaboration avec une « boite ».

La quantité produite varie. Candice fait entre cinq et quinze litres, en fonction de la demande du moment ou du soin. Et oui, c’est le cas du soin Iltaal qui remporte un franc succès.

Tout se passe à Schaerbeek. De la conception à la mise en bouteille, sans oublier le stockage et l’expédition des commandes. Bref, une belle boucle entièrement bruxelloise.

Des nouveautés prévues ?

Ce printemps, IMWE va souffler sa troisième bougie. L’occasion de proposer de nouveaux produits. Deux ou trois produits vont venir rejoindre les quatre actuellement proposés. Mais je ne vous en dis pas plus pour le moment…

Un dernier conseil pour la route

Pssst, si vous avez du mal à vider le flacon car la pompe n’aspire pas le dernier centimètre, Candice nous livre une petite astuce. Ajoutez quelques gouttes d’eau et la pompe pourra terminer son boulot sans trop de gaspillage.

Bénédicte van Egeren

Une paire de lunettes où seule l’imagination est la limite, le pari réussi de Ludovic

Dans les années 80, il y avait encore pas mal de lunetiers. Maintenant, Ludovic est le seul en Belgique. Pour notre plus grand bonheur ! Depuis un an, je trépigne de curiosité. C’est chose faite, j’ai enfin rencontré Ludovic dans son atelier-boutique-salon, située au sablon. Avec un peu plus d’un an d’activité et déjà plus d’une centaine de paires créées, l’avenir de ce métier d’antan a plutôt bonne mine. Rencontre!

ludovic-2016-color-1164

Pourquoi, pourquoi, pourquoi, en Belgique, il n’y a aucun lunetier ?

Ludovic est opticien-optimétriste de formation. ludovic-all-color-8261Il a travaillé chez Hoet, à Dansaert. Mais il ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur la disparition des lunetiers en Belgique. Pourquoi, il n’y en a plus ? Est-ce si compliqué? Avec cette question en tête, Ludovic est parti en quête d’une formation de lunetier. Il s’est d’abord rendu une semaine dans le Jura, car il n’y en a plus non plus en Belgique. Verdict ? L’expérience fut concluante, « ce n’est pas facile mais c’est faisable ». Il y est retourné plusieurs fois pour suivre des modules d’une semaine afin de se former aux techniques de la lunetterie.

A l’heure où la technologie permet de faire des miracles, tels que des impressions d’objets (y compris des lunettes), Ludovic a décidé de prendre le chemin inverse. Il veut faire un pas en arrière et revenir aux techniques d’avant, à la maîtrise manuelle de la conception. Et il a débuté avec le strict minimum, le set d’outils qui lui a servi lors de sa formation.

Des lunettes sur mesure, pour qui pour quoi ?

Tout d’abord, pour le confort ! On est tous différents, nul corps n’est parfait. Chacun a son lot d’asymétrie, plus ou moins gênante. L’idée de la monture unique répond à un visage qui l’est tout autant. Le cas des lunettes posées légèrement de travers car votre nez n’est pas droit n’est pas rare. L’objectif ici est d’en faire une deuxième peau. Du coup se côtoient les désespérés en quête de solutions. Ludovic a déjà comblé des personnes aux profils forts différents. Une personne qui avait une tête trop large et qui était toujours comprimée dans ses branches. Une qui devait se fournir au rayon enfant car son visage était très étroit. Enfin, le challenge de concevoir une paire pour quelqu’un qui n’avait qu’une oreille, et de la faire tenir à l’aide d’une béquille. Bref, du sens il y en a !

Mais le sur mesure séduit aussi les curieux, les collectionneurs de belles matières, les avides d’originalité,… Parfois il a le champ libre, parfois il a une demande avec une condition précise. Pour mieux comprendre l’infinité des possibilités, il faut s’intéresser à tous les jeux possibles. Que ce soit sur la forme de la monture, sur l’épaisseur (des couches peuvent se superposer pour obtenir une monture plus ou moins fine ou une nuance de tons), sur la forme des branches, sur l’asymétrie, sur le dessin dans la monture, sur les couleurs,…. Quoi qu’il en soit, deux rendez-vous clients ne se ressemblent jamais.

La clientèle est locale, nationale ou internationale. Les clients n’hésitent pas à se déplacer. Ils viennent parfois de loin au détour d’un voyage. Mais ils devront refaire halte à Bruxelles pour récupérer leur monture car Ludovic ne laisse aucune création s’échapper sans un dernier essai en live pour s’assurer que tout soit parfait. Ludovic est patient et garde la monture le temps qu’il faut pour que le client repasse par Bruxelles. Dans l’atelier, il y a un mur composé de boîtes en attente de leur propriétaire.

Quelles sont les étapes de la confection d’une paire sur mesure ?

Lors du premier rendez-vous, vous serez invité à prendre un café, papoter et faire connaissance dans le salon à l’étage (qui à l’occasion peut accueillir des ventes de créateurs). Vous définissez vos attentes, décrivez votre style, choisissez votre matériau, essayez quelques paires «ready to wear», de créateurs indépendants triés sur le volet. Ensuite, toutes les mesures sont prises ainsi qu’une photo de votre visage, qui sera utilisée en grandeur nature par la suite pour permettre le dessin de lunettes à taille réelle. Ca y est, vous êtes libre, maintenant c’est Vinciane, sa femme, qui va s’occuper de dessiner plusieurs paires à l’ordinateur et les imprimer à taille réelle afin que deux semaines plus tard vous puissiez « essayer » et choisir VOTRE paire. Vous aurez le choix entre 5-6-7-8 modèles. C’est une monture, sans branche, qui se présente sous forme d’un papier transparent qui fait office de verres. On sait dès lors les poser sur son nez pour s’imaginer le rendu. Là, il ne reste plus qu’à choisir. Et si aucun modèle ne vous convient dans les propositions dessinées, pas de problème, il suffit de redéfinir les attentes et c’est reparti pour un tour.

ludovic-2016-color-1062

La réalisation de la monture prend environ une cinquantaine d’heures. Patience donc! Pour le moment, les délais sont de trois mois d’attente. Vous les recevrez dans un superbe étui en cuir, réalisé par Niyona, un maroquinier bruxellois.

Un petit tour dans l’atelier et présentation des matériaux nobles

L’atelier s’est peu à peu accessoirisé. Pour débuter, quelques outils de base, utilisés lors de la formation suffisent. Peu à peu l’atelier s’est meublé. La quantité d’équipements de l’atelier est plutôt impressionnante. D’une part tout ce qui est dédié à la fabrication artisanale de la monture et d’autre part, tous les outils d’un opticien.

Ses matières premières sont toutes naturelles et sont au nombre de trois. L’acétate de cellulose, mélange de fibre de coton et de plastifiant, qui permet une gamme de couleurs énorme. La corne de buffle qui a la particularité de ne jamais être unie, provient directement du Vietnam ou encore de Madagascar (elle provient d’animaux déjà tués pour une autre raison). Enfin, le bois. Ludovic en a déniché un lot vieux de 100 ans qui a aussi sa petite histoire. Il l’a acheté à un Gantois qui mettait un terme à ses activités, qui l’avait repris d’un Liégeois, qui l’avait trouvé chez un Parisien. Bref, un bois voyageur qui offre des couleurs et des textures super originales, du tulipier à l’amarante en passant par le poirier ou encore le bois de rose. Une palette bien fournie qui n’attend que les idées les plus folles pour superposer les couches et donner naissance à une monture unique!

Les matériaux arrivent souvent à l’état brut à l’atelier. Le bois est sous forme de grandes planches très fines, on dirait une écorce. L’acétate arrive par plaque de grandeurs diverses. La corne arrive sous forme de plaque. Tantôt brute, tantôt polie.

ludovic-2016-color-0628           ludovic-2016-color-0637

L’équipe s’agrandit et passe de un à trois voire quatre

En octobre 2015, il s’est lancé en solo avec son set d’outils de base. Au cours de l’année, il a été épaulé par Dorian, stagiaire en dernière année. En septembre, ce dernier a intégré l’atelier car le carnet de commandes explosait. Maintenant, ils ne sont pas deux mais trois. Sa femme a quitté son boulot pour venir apporter son support et s’occupe essentiellement des dessins et de la communication.

Pour la petite histoire, le choix du lieu a changé en dernière minute et il a signé pour l’emplacement au sablon le jour de la naissance de son ptit bout. Ne vous vous étonnez pas si vous le voyez apparaître, c’est son terrain de jeu et c’est d’ailleurs pour ça qu’il n’y a aucune paire de lunettes qui traîne en vitrine.

ludovic-2016-color-1145

Quel beau chemin parcouru en à peine un an

Finalement, il est parti de «pas grand-chose» en termes d’investissement. Il s’est appuyé sur sa brillante idée associée à un bon « capital social ». Il a récemment été reconnu pour sa qualité d’artisan et gagné plusieurs prix cette année, dont le prix du jury pour la vitrine de l’artisan 2016. D’ailleurs, une de ses paires de lunettes se balade à Tokyo dans le cadre d’une expo. Elle a été créée en collaboration avec une styliste de La Cambre. Longue vie à ce joli travail!

Pour assouvir votre curiosité, n’hésitez pas à faire un tour sur son compte instagram qui illustre superbement son travail. Et en live, c’est Rue Ernest Allard 14, 1000 Bruxelles, que ça se passe.

Bénédicte van Egeren

Le paradis de la trousse existe, il est signé Octopurse

Ces petites pépites, c’est chez Belgikie que je les ai aperçues pour la première fois ! Et je me souviens que devant l’embarras du choix, je suis repartie les mains vides. Ma curiosité était piquée, j’ai fait connaissance avec Octopurse online pour mieux me rendre compte de l’étendue de la gamme. Mon choix s’est ensuite posé sur des flamands roses. Plus d’un an s’est écoulé, et je vois les trousses fleurir dans les vitrines. Il est grand temps que vous fassiez connaissance avec Daphné !

15304114_1487654881263823_2282989756342456691_o

De fil en aiguille

Sur papier, Daphné n’était peut-être pas destinée à être la fière créatrice de ses magnifiques collections Octopurse. Après ses études d’Histoire, elle s’est directement dirigée vers le monde de la librairie, à mi-temps. Si elle n’a jamais suivi de formation de couturière, faire des choses de ses mains, elle adore ! Tout débute en version « hobbie », elle confectionne des rideaux puis des coussins. Et sur sa lancée, elle se met à réaliser des cadeaux pour les profs de ses enfants ainsi que pour sa famille. De temps en temps, Daphné s’installe une heure par jour. L’accueil, plutôt enthousiaste, réservé à ces petites créations l’encourage. Sa sortie de l’ombre, elle la doit à une voisine à qui elle a offert une petite trousse. Qui n’a pas hésité une seconde à frapper à la porte de la boutique d’à côté pour lui faire connaître les créations de Daphné. Suite à l’enthousiasme, Daphné y dépose quelques trousses…l’aventure s’officialise ! Rapidement, elle atteint les deux heures par jour, sa passion se transforme en mi-temps complémentaire.

Les dessous de la confection

Son mode de fonctionnement est celui des essais/erreurs. Et il faut beaucoup de ratés pour avancer! Mais pour Daphné, ce n’est pas tant les connaissances de couture qui priment mais surtout le fait d’être soigneux et méticuleux. A cela, elle ajoute une organisation en béton, toujours avoir du stock et être attentive au réassort, et une présence considérable !

« Je ne peux pas mettre en vente des trucs qui ne sont pas parfaits. Je fais pour les autres ce que je voudrais pour moi. »

Ses patrons sont artisanaux, elle dessine les angles et chipote jusqu’à maîtriser son sujet. C’est un processus qui prend quelques trousses.

Du porte-monnaie au sac à main

Au jour d’aujourd’hui, Daphné compte à son actif une cinquantaine de modèle. Les modèles sont de diverses tailles et utilités, qui n’a de limite que l’imagination de son propriétaire! La gamme débute avec les petits porte-monnaie, qui vont croissants, pour atteindre la taille d’une grande trousse ou nécessaire de toilette, voire d’un sac à main. Et avec le temps, la taille « étui de lunettes » et le porte-carte ont rejoint la gamme!

15387446_10154777342837436_965310769_o       15388816_10154777341022436_1816321711_o       15398994_10154777340922436_1750127980_o

Ça a l’air facile sur papier mais détrompez-vous. Le tissu, et surtout son motif, conditionne la découpe et dès lors les possibilités de modèles. Car le rendu ne sera pas identique avec une multitude de petits dessins et une grosse icône. Au-delà de l’assemblage et de la couture, il y a tout un travail d’esthétique. Et oui, Daphné attache beaucoup d’importance aux détails ! Les intérieurs sont soit ton sur ton, soit ornés de petits motifs. Pour fermer le tout, les fermoirs viennent habiller à la perfection ces petites trousses. Ils existent en de multiples couleurs et tailles (que ce soient les boules ou les allongés avec aimants). C’est en jouant sur ces variations que Daphné peut rendre ses pièces uniques, ou presque. Et last but not least, trouver le bon rembourrage ! Il est finalement fourré vlieseline et se fixe en un coup de fer à repasser.

La passion du tissu pour dénicher la perle rare

Quand Daphné vous parle de ses trouvailles, elle a des étoiles plein les yeux. Cette amoureuse du tissu et des motifs ne recule devant rien pour dénicher le meilleur, le beau, l’original, même s’il faut dealer en Japonais ! Car oui, les tissus au Japon sont magnifiques et d’une qualité exceptionnelle (coton et lin, rien que ça!) Quand sa commande arrive, Daphné est toute excitée d’enfin découvrir le tissu, de pouvoir le toucher et d’imaginer quelle trousse elle va faire. Les tissus plus épais seront plutôt dédiés aux trousses plus grandes, et les plus légers aux plus petites.

La partie recherche prend quasi autant de temps que la confection mais c’est son dada. Résultat une gamme à tomber, en série très limitée. Daphné achète entre 0,5 et 2 mètres de tissus par motif. Le tissu a aussi ses Fashion Week et ses sorties bi-annuelles, inutile de vous dire que Daphné fait des bons à l’approche de ces rendez-vous. Elle traque la moindre fuite. Grande fan de Mélodie Miller, a qui d’ailleurs elle a déjà envoyé une de ses créations avec le tissu de cette dernière qui l’a fièrement exposé lors du « Quiltmarket » (USA). Imaginez la fierté de voir sa création trôner dans un rdv de connaisseurs en avant première mondiale! Une belle visibilité pour Octopurse. Dont les trousses remportent un franc succès aux USA. Mais le rêve de Daphné, c’est de ne pas trop grandir pour pouvoir continuer à gérer tout de A à Z. Elle aime dessiner les modèles, fouiller de nouveaux tissus, chiner des fermoirs, assembler les morceaux de tissus.

15417972_10154777344247436_2101417106_o

Et ses photos sont si pro !

C’est le résultat d’un travail d’équipe avec son mari ! N’hésitez pas à la suivre juste pour le plaisir des yeux sur Facebook et/ ou sur Instagram, ça mettra de la lumière dans vos journées !

Et au fait, pourquoi Octopurse ?

C’est via etsy , la plateforme de vente online anglophone, que Daphné désirait développer son commerce. Pour cela, elle avait droit à choisir un nom. Les brainstormings ont commencé: logiquement est apparu « purse » pour trousse et dans sa famille on est assez fan des animaux, « octopurse » est arrivé pus vite que son ombre!

15380792_1497904830238828_5598852835851763058_nPour les shopper online, à côté de Etsy, il n’est pas rare que Daphné lance une vente flash sur sa page Facebook. Et pour ceux qui préfèrent les magasins, elles sont dispo dans plusieurs points de vente. Entre autres chez Wattitude, Belgikie, Belge une fois, mais aussi dans une librairie à Arlon, à Huy et à Dinant !

Bénédicte van Egeren