Les bijoux d’Aurore de Heusch, une somme d’heureux hasards

©Anne Lise Chopin ©Aurore de Heusch

Tout comme Aurore a flashé en s’asseyant derrière son premier établi, moi aussi j’ai flashé en passant devant la table exposant ses créations lors d’une vente. Aurore m’a chaleureusement ouvert les portes de son atelier – boutique, située rue Antoine Dansaert. Je vous invite à découvrir comment on passe d’un lingot d’argent à un bijou qui trône fièrement en vitrine. Il va sans dire que tout est handmade par elle-même.

@Maurine Toussaint
@Maurine Toussaint

Le parcours pas tout tracé d’Aurore

Mais comment tout a commencé? C’est lors du projet de fin d’année pour clôturer ses études en stylisme, à  Francisco Ferrer, qu’Aurore a « bricolé » des bijoux pour la première fois. Du haut de ses 21 ans, elle ne se voyait pas se lancer directement dans le monde de la mode. Une chose était certaine, le monde du créatif est fait pour elle mais tout restait possible, la mode, la photo,… Lui est venue tout naturellement l’idée d’apprendre la bijouterie pour compléter son parcours en stylisme. S’en est suivi une formation aux « Arts et métiers » dans l’option « bijoux-joaillerie » car s’y étant pris tard il ne restait pas de place en « bijoux contemporains ». Un hasard de plus dans son parcours. Au final, elle n’utilise pas la spécialisation joaillerie de sa formation mais par contre elle s’appuie sur le côté technique ainsi que la rigueur, apprise, tous les jours.

« Dès le première fois que je me suis assise derrière un établi, j’ai eu un flash, j’ai adoré. »

©Bénédicte van Egeren
©Bénédicte van Egeren

Pendant les trois années de sa formation, elle a bossé chez Les Précieuses. Cette expérience lui a permis de mettre un pied à la fois dans le commerce et les bijoux. A l’issue de la formation, cinq étudiants se sont réunis pour fonder un collectif afin de réduire les coûts d’achats des machines et du petit matériel pour se lancer dans la création de bijoux. Aurore en a fait partie, ils étaient alors dans les anciennes brasseries Bellevue. De ce groupe, elles sont encore trois mais dans son atelier rue A. Dansaert!

De l’atelier à la boutique-atelier

Après avoir écumer les petits marchés de créateurs pour vendre leurs bijoux, est venu le temps pour le collectif de passer à l’étape suivante. Les possibilités étaient restreintes. Soit démarcher des boutiques mais l’inconvénient est la marge qui peut atteindre 50% du prix. Soit ouvrir leur propre boutique. C’est donc dans cet esprit qu’est né Joya Brussels fin 2011.

©Bénédicte van Egeren
©Bénédicte van Egeren

L’idée est aussi d’inviter d’autres créateurs à exposer et vendre leurs bijoux. Pour ne pas tomber dans le même piège auquel elle a été confrontée (commission de 50%), elle a mis sur pied un système de location d’espace, renouvelable par trois mois. La seule condition pour louer une box est de ne pas produire en série et de ne rien réaliser ou sous-traiter à l’étranger. C’est le créateur qui doit avoir les mains dans le cambouis, de l’idée au produit fini.

 

Du lingot à la vitrine

Première étape, le dessin du bijou pour s’imaginer la proportion. Deuxième étape, la conception d’un prototype en argent. Mais pourquoi en argent? Car c’est une matière que l’on peut souder, chauffer (au contraire de l’aluminium) donc idéal pour faire un test grandeur nature. Et si ça rate? On refond et on recommence!

« A un moment, il faut pouvoir s’arrêter et dire stop, c’est parfait. »

Et combien de temps ça prend? Question piège évidemment.. d’une heure à plusieurs jours, tout dépend de la taille, de la complexité, des détails,…le fait main n’a pas de timing précis. Et la troisième étape? si la pièce lui plait, elle en produit deux ou trois d’un coup. En général, Aurore ne sort jamais plus de 20 pièces identiques. Elle a toujours plusieurs collections en parallèle. En ce moment se côtoient une plutôt architecturale-rectangulaire, et une plutôt ronde, sa collection « bubbles » qui remporte un franc succès depuis un petit temps déjà. Elles se composent de colliers, bracelets, boucles d’oreilles, broches mais également de boutons de manchettes et de pinces à cravate.

A l’occasion de l’événement Design September, elle a imaginé une collection, baptisée « perspectives », dont la forme des colliers est inspirée de photos…idée et travail très impressionnant, petite expo à admirer dans la boutique en ce moment.

©Bénédicte van Egeren
©Bénédicte van Egeren

Des idées pour la suivante? Pour la sortie d’une nouvelle collection, il n’y a pas de timing. Ça vient quand ça vient, au gré de l’inspiration, d’objets, de photos,…

Petit tour dans l’atelier

Si vous ne voyez personne dans la boutique, levez la tête, vous l’apercevrez peut-être en plein travail. L’atelier situé en arrière boutique et à l’étage est un endroit magique, composé d’outils de toutes formes, d’heures d’essais, de trésors cachés,…

©Bénédocte van Egeren
©Bénédicte van Egeren

Mais concrètement qu’y trouve-t-on? Toutes sortes de machines s’y côtoient, certaines sont très imposantes. Faisons les présentations: tout débute avec un laminoir, qui permet d’aplatir un lingot ou de travailler les fils d’argent. S’en suit le banc à étirer, pour façonner le métal en fonction de la forme à lui donner. Et le travail de précision commence, il faut scier, limer, souder, relimer,…et enfin un grand plongeon dans un bain de « déroche » pour enlever l’oxydation. Le bijou est fini, il faut le préparé au polissage en le passant au papier « Emry ». La polisseuse se met ensuite en marche, il ne reste plus qu’à le nettoyer pour enlever la poussière.atelier

Autant se le dire, si vous êtes d’un naturel pressé, ce métier n’est pas fait pour vous! Les essais-erreurs, les micro pièces à façonner et lier entre elles exigent de pouvoir s’armer de patience et de fournir un travail de haute précision.

 

C’est à la boutique que ça se passe

Une fois par trimestre, elle organise un événement et ouvre les portes de son atelier, l’occasion de la rencontrer et d’échanger.

exterieur-boutique-joyabrussels
@Aurore de Heusch

Son eshop vient d’être lancé, l’occasion de vous faire une idée de tous ses modèles actuels. Dernière info, bon plan pour ceux qui sont en quête d’une alliance. Aurore les fait à la demande, en fonction des desiderata du client. Ben oui, pourquoi faire un jour unique de A à Z, et avoir la même que tout le monde…

Joya Brussels, rue A. Dansaert 175, 1000 BXL. Du mardi au samedi de 11h à 18h30

Bénédicte van Egeren

 

Tamara Greindl ou les bijoux oeuvres d’art

Ma rencontre avec Tamara date d’il y a deux ans, lors d’une vente privée. Gros coup de cœur tant pour ses bijoux que pour sa personne!  Je l’ai retrouvée un an plus tard lors d’un pop up rassemblant une vingtaine de créateurs belges. Et dès lors, les dates de ses ventes, expos, pop up, défilés explosent et je m’y rends dès que je peux car son travail ne cesse d’évoluer et ma collection aussi! Trève de blabla, je vous laisse découvrir ce magnifique univers et le portrait de sa créatrice dotée d’une imagination débordante.

 

origami

A l’image des œuvres d’art, Tamara Greindl propose une gamme de colliers et d’accessoires uniques. Après des études d’histoire, une agrégation, un bac en philo et un master en gestion culturelle, elle n’était pas nécessairement destinée à créer des bijouxMais….

Forte d’une première expérience aux Beaux-arts dans la section philharmonique, Tamara crée ses premiers colliers à ses heures perdues. Ses horaires contraignants en tant que promotrice d’artistes l’amènent tout naturellement au déclic. Le lancement à plein temps de sa nouvelle passion. Ses premiers colliers sont essentiellement composés de perles, de fils de fer, de morceaux de cuir et de soie. En dix ans, sa collection et son savoir-faire ont évolué. Les perles ont cédé leur place à la maille et au travail de la matière. Sa marque de fabrique reste identifiable.

En s’associant avec les magasins Anne-Sophie Smartshopping, sa visibilité a gagné du terrain. Plus récemment, elle a habillé les hôtesses lors de plusieurs salons. Au salon « Eurantica » sur le  thème de « Bruxelles», et autour de la gourmandise au salon « Antica ». De la pipe de Magritte aux capsules de bière en passant par les cuillères et les noix, sans oublier le PMC. Rien n’a l’air impossible pour Tamara.

pmc

Unique et sur mesure

Reconnaissables par leur signature volumineuse et effet 3D, les colliers sont réalisés en fonction de son inspiration. Tout matériau peut-être détourné afin de devenir une magnifique pièce (collier, coiffe ou bracelet). Que ce soit les moules lors d’un repas, les dominos lors d’une brocante ou séance de chinage, les glands lors d’une balade en forêt ou tout simplement les chutes de cuir ou les boutons. Tout est prétexte à la création. L’offre et les arrangements sont infinis, ce qui rend toutes ses pièces uniques. Sans parler de la couleur des fils qui composent les bijoux.

Si une création vous fait de l’œil mais que la longueur ou la couleur ne vous convient pas tout à fait, Tamara se fait un plaisir de vous guider, vous conseiller et vous proposer une alternative qui répond à vos envies.

De plus, il n’est pas rare que défilent dans son atelier des clientes en quête d’une pièce originale pour habiller leur tenue à l’occasion d’un mariage ou d’une cérémonie. Ou tout simplement pour le plaisir de s’offrir une belle pièce. Ces colliers s’exposent comme des tableaux… avec deux ou trois, votre mur et vos tenues seront déjà bien habillés.

       MANEKEN PIS          portrait atelier 2  ATOMIUM

 

Quoi de neuf pour la rentrée ?

Plusieurs dates à l’agenda pour ce trimestre de rentrée. Les 24 et 25 septembre ainsi que le 1er  et 2 octobre a lieu le parcours des artistes de LiBambi profilmal, l’occasion de rencontrer des artistes de tous horizons dont Tamara bien évidemment!

La traditionnelle vente de Noël se tiendra du 17 au 20 novembre à Boitsfort. Et ce même weekend, ses bijoux défileront à l’event Lounge à l’occasion du défilé « Dream for Kids ».

Enfin, la journée de l’artisan se déroulera le 27 novembre. Elle a été choisie pour être un des visages de cette journée…Les détails arrivent bientôt!

Où les trouver ?

Colliers, coiffes, bracelets, boucles d’oreilles (sur clip ou normales) et bagues, ses bijoux se vendent dans les cinq enseignes d’Anne-Sophie Smartshopping (en Wallonie et à Bruxelles). En Flandre, vous les trouverez à Anvers et à Gand. A Bruxelles, c’est du côté de Stockel que vous pouvez admirer le bijoux, et plus exactement à La Foulardière. Vous pouvez également la retrouver à l’occasion de certaines ventes de créateurs belges, organisées ponctuellement. Sinon, il vous reste l’option visite à l’atelier sur rendez-vous. Rien de mieux pour rencontrer la créatrice, se rendre compte des étapes de la conception, voir l’étendue de la collection et faire de multiples essayages.

 

Bénédicte van Egeren