Une cosmétique bio, moderne et belge, c’est Seconde Nature

Voici mon deuxième coup de cœur belge pour les soins visages et corps. Ils se complètent à la perfection mais surtout, ils offrent des produits légèrement différents en termes de composants. Ici, les huiles essentielles ne sont pas du tout privilégiées, bien au contraire. Les secrets de la réalisation, c’est par ici, en compagnie de Perrine Rase.

Sauter pieds joints dans l’entreprenariat

Le domaine des cosmétiques, ça lui parle à Perrine. Mais surtout à son échelle perso, dans sa salle de bain, à titre expérimental. Après des études de commu et sa première expérience professionnelle, un constat : gros décalage entre ses valeurs et le contenu de son travail. Si jusque-là, elle n’avait pas envisagé les cosmétiques comme voie professionnelle, après réflexion elle se dit qu’il y a quand même une carte à jouer.

En bonne autodidacte, elle augmente ses connaissances en cosmétiques et rentre en couveuse d’entreprise. Les premières années ne sont pas les plus faciles : entre le don de soi et le nombre incalculables d’heures sans salaire. De tous ses sacrifices, s’en suit une reconnaissance énorme mais surtout le sentiment d’être utile à la société et d’être à la bonne place.

Une marque bio pas comme les autres

Quand on regarde le marché des cosmétiques bio et naturels, on voit que ces dernières années il s’est quand même bien développé. Mais Perrine, elle, a une autre idée en tête. Ce qui n’a pas évolué avec la diversité des produits, c’est l’image de bobo/marginal qui utilise des cosmétiques bio mais surtout des soins qui puent et dont le packaging n’a pas été pensé plus d’une minute. Résultat, pas très sexy à vendre aux non convaincus. Et pourtant, pour elle, c’est ce public-là qu’il faut aller chercher et convaincre de changer. Elle est donc là sa carte à jouer !

 «Il faut attaquer l’ennemi sur son terrain. C’est la première impression qui est la bonne, le packaging ne doit pas être négligé. »

C’est donc la raison pour laquelle Seconde Nature a décidé de se démarquer grâce à un packaging sympa, bien pensé avec des contenants qui collent à son image. Perrine est une jusqu’auboutiste, son goût pour le bien fait et le beau mais surtout le produit propre y sont pour quelque chose.

Oui à un olfactif fort, non aux huiles essentielles

Autre différence notoire, les huiles essentielles. Perrine a décidé de s’en passer même si outre leurs propriétés ce sont d’excellents conservateurs naturels…tanpis pour la facilité ! Elle les considère plutôt comme des médicaments auxquels il ne faut pas s’habituer mais surtout elles ne conviennent absolument pas aux peaux sensibles qui risquent des allergies. Ce sont un peu les « oubliés » de la cosmétique bio.

L’olfactif occupe un poste financier important dans la réalisation de produits cosmétiques et beaucoup de jeunes entreprises font l’impasse. Or pour Perrine, c’est un facteur clé. Elle a décidé de prendre le contre-pied et d’y faire la part belle. Si à ses débuts elle privilégiait les parfums tout fait maintenant elle élabore ses propres parfums et compose de nouvelles fragrances en y prenant un certain plaisir.

Son objectif est que chaque soin nous transporte dans un univers de souvenirs différents (vacances, jeunesse,…).

La gamme et ses actifs

Du lait corporel à l’anti-âge, en passant par la crème visage et mains. Sans oublier le spécial peaux à problème, qui a vu le jour tout récemment.

Si la gamme est bien assise. Ce qui évolue encore souvent en fonction des expériences et des retours, ce sont les composants des soins. Perrine cherche à sans cesse améliorer ses produits.

« En travaillant avec des huiles végétales, on travaille avec du vivant, une plante n’est pas l’autre, la nature est en mouvement constant, ce sont les aléas de ce type d’ingrédients. »

Dans ses produits, on trouve aussi des actifs un peu inédits tels que l’inuline de chicorée, des extraits de palmier de Floride, actif pointu mais peu connu. Bref, un concentré de principes actifs de qualité qui en fait une gamme abordable au vu des contraintes colossales imposées par ce type de cosmétiques. L’objectif premier n’est pas de se transformer en une marque de luxe, ce n’est pas le public recherché.

On ne lésine pas sur la qualité

Avec un système de conservation ultra light, ses produits peuvent se conserver 30 mois. Perrine a décidé qu’après maximum un an, ses produits devaient être déstockés pour garantir des produits les plus frais possibles et une qualité optimale. Les matières nobles étant plus fragiles que les autres.

En plus d’être naturels et bio, ses produits sont labelisés « Slowcosmétique ».

Echelle locale et packaging propre

Pour ce qui est des ingrédients belges, c’est assez compliqué car il y a le chanvre belge. Mais ce n’est pas stable du tout comme composant.

Par contre, pour tout ce qui est packaging, les acteurs locaux sont privilégiés. Les contenants sont en verre afin de ne pas dénoter avec les valeurs écologiques de la marque. La crème pour les mains est quant à elle dans un tube en plastique, doté d’une poche interne qui se retourne pour obtenir les derniers ml de crème cachés au fond du pot !

Bénédicte van Egeren

L’emblème de la Belgique revisité par Gaufres Mania

Quand on vous dit « gaufre chicon emmental jambon », ça n’éveille pas votre curiosité ? Moi oui ! Voilà plus d’un an que je l’ai dégustée, et les autres aussi d’ailleurs. Et comme les bonnes choses ça se partage, rien de tel qu’un petit reportage gourmand sur l’histoire et les coulisses de la production artisanale de gaufres imaginées et réalisées par un couple de Linkebeek, Milena et Frédéric.

Qui est qui ? Qui fait quoi ?

Pâtissiers ? Aucun des deux. Milena, traductrice, se cherchait un nouveau projet. L’idée de pâtisserie vint en premier mais c’est un créneau déjà fort exploité. En creusant un peu, Fréderic lui proposa l’idée des gaufres. Après tout, elle en fait déjà pour sa famille. Sa recette roule et est fort appréciée. Pourquoi ne pas la professionnaliser, la sublimer et lui apporter des variantes?

Au début, tous les deux sont encore à plein temps dans leur job respectifs, débute alors une course contre la montre. Milena produit les gaufres sur l’heure du midi et le soir. Après un an à ce rythme soutenu, elle passe mi-temps. Depuis début 2017, elle est enfin derrière les fourneaux  à 100%. Tout se fait dans leur garage, aménagé en atelier, de la production à la mise en sachet. Fréderic lui s’occupe plutôt du business model, de la partie com / marketing, le soir et pendant ses pauses !

« Si les gens sont curieux, c’est 50% de gagné »

Test grandeur nature

Pour s’assurer du goût, de l’aspect, et de bien d’autres critères, Fréderic décide d’amener tous les matins des gaufres à son boulot et de les faire déguster par son équipe. A chaque dégustation, une fiche est remplie avec des appréciations à compléter. Toutes ces réponses leur permettront in fine de sortir LA gaufre, et de la décliner en sucré et salé.

Qu’ont-elles de si particulier ?

L’originalité des saveurs, entre autres ! Élaborées au fil des idées, certaines n’ont jamais vu le jour car si sur papier ça a l’air bon, au final elles peuvent ne pas donner le résultat escompté que ce soit en termes de goût ou tout simplement de visuel (car la cuisson est un crash test important). A ce jour, une vingtaine de recettes sucrées, salées se côtoient. Sans oublier la version sans gluten et les galettes!

Le gaufrier parfait pour la gaufre parfaite

Les premières gaufres ont été produites dans des gaufriers de monsieur et madame tout le monde. Mais avec une utilisation de plus en plus intensive et des timings différents en fonction des modèles, la tâche devenait complexe pour Milena car les formes et les cuissons pouvaient différer en fonction des appareils. Et oui, rien n’est laissé au hasard. Le nombre de carré qui composent la gaufre et son diamètre son important.

Saviez-vous qu’en Belgique, il y a encore des personnes qui conçoivent des gaufriers sur mesure? Et qu’en plus de la taille, de la forme, l’épaisseur et l’ouverture – fermeture – du gaufrier joue un rôle considérable? Oui oui beaucoup de paramètres entrent en jeu pour obtenir une cuisson parfaite!

Produites en temps réel

L’avantage, pour eux comme pour nous c’est qu’ils travaillent sans stock, d’où la fraîcheur maximale et un minimum de gaspillage. Ils peuvent aussi réserver des surprises comme lors de l’euro de foot, où ils ont sorti une gaufre italienne « tomate-mozza-basilic ».

Les gaufres sont 100% naturelles sans conservateurs. En proposant un produit local, ils essayent de préserver un maximum les circuits courts. Tous les produits de base sont belges, le chocolat ne déroge pas à la règle. Pas de compromis non plus sur la qualité.

Un conseil

Les gaufres se conservent plusieurs jours mais le top c’est un passage de quelques secondes au grille-pain. Mes préférées : fleur d’oranger et mimi chocolat, le paquet ne dure pas jusqu’à la date de péremption.

La bonne idée

Ces gaufres, c’est le petit cadeau parfait. Gourmand et surprenant, qui plus est local et bien de chez nous. Il remplace à la perfection le tradi ballotin de pralines de fin d’année pour les instits ou puéricultrices en overdose de chocolat !

Où les trouve-ton ?

Ils fournissent « La ruche qui dit oui », qui a été une très bonne base pour leur permettre de débuter. Ils collaborent aussi avec certains café-restaurants, lors d’évènements ou sur simple commande sur leur site. Don’t worry, tous les gourmands seront rassasiés !

Bénédicte van Egeren

La famille Bee Nature s’agrandit, welcome Babee Nature

Quand j’ai entendu qu’une gamme de soins belges pour bébé allait voir le jour, ni une ni deux j’ai pris contact avec Marine. Car oui, pour les adultes quelques belles initiatives existent déjà et c’est tant mieux. Mais pour les enfants, au niveau local c’est plutôt désertique. Après deux ans de recherches et de tests, tadaaaaaaaaaaaaaaam Babee Nature débarque cette semaine sur le marché.

Pharmacie, ingénieur de gestion, mémoire, vous voyez le rapport ?

L’histoire de Marine, élevée dans le monde pharmaceutique, qui fait son mémoire en sciences de gestion. Pour ce dernier, elle imagine la marque de dermocosmétiques naturels à base de miel et décline sa gamme « Bee Nature ». Son diplôme en poche, elle part bosser dans le privé. Rapidement, elle repense à ce magnifique projet qu’elle a réalisé dans le cadre de ses études et qui avait cartonné. Une si jolie idée au placard ? Pourquoi ne pas le mettre en pratique ? Le jeu en valait la chandelle puisque Bee Nature vient de souffler ses 5 bougies et donne naissance par la même occasion à une gamme pour les 0-3 ans. Belle croissance aussi pour l’entreprise que Marine a géré seule pendant trois ans et qui occupe aujourd’hui cinq personnes.

Le naturel et la pharmacie, pas évident

A l’heure actuelle, les soins se divisent souvent, à la grosse louche, en deux catégories: les naturels ou les dermatologiques. Le problème que peuvent rencontrer les soins naturels, à base d’huiles essentielles ou autres, est que les personnes sujettes aux allergies ne les supportent pas. Et les soins dermatos manquent souvent de naturels… Pour la petite histoire, Marine a baigné dans le monde de la cosmétique dermato car ses parents sont pharmaciens mais avec l’âge, elle a développé son sens des valeurs : plutôt orienté bio, local et surtout naturel. Gros absent des soins traditionnels. Marine, elle, veut allier le dermato au naturel en trouvant un juste équilibre. Mais comment ? Grâce à son ingrédient phare qui est le miel, dont les propriétés cicatrisantes et hydratantes font des miracles.

Reste plus qu’à mettre en place !

Avec son projet bien ficelé, ses formules au net et son ingrédient de choc,  y a plus qu’à se lancer ! Une gamme de plus sur le marché, me direz-vous ? Oui et non. Marine entend toucher toute la famille car aucune huile essentielle n’est présente et se veut au service de monsieur et madame tout le monde. La gamme est d’ailleurs plus large que la moyenne puisqu’elle touche autant l’hydratation que les soins de douche et shampoing.

Et la compo, ça vous intrigue ?

Le miel est présent dans chaque produit à hauteur de 5%. Pour le reste, 99 % des ingrédients sont naturels et 75% sont bio. Bee Nature a d’ailleurs la mention Slow cosmétique dont je vous ai déjà parlé précédemment. Et le miel, il est belge ? Non car il est bio ! Ah ! Bio et belge ne vont pas ensemble ? Non, pour la simple raison que pour répondre aux critères bio, les abeilles doivent butiner à une distance minimum de 3 km d’une route. Situation introuvable en Belgique. Les forêts et étendues vertes à perte de vue c’est plutôt hors Europe. Voilà pourquoi le miel, issu du commerce équitable et bio provient de Maya Fairtrade qui travaille avec une ONG Belge Maya Honning qui promeut un maintien de la biodiversité et de l’éducation.

Tous les soins sont produits en Belgique dans un établissement de travail adapté sur base des formules Bee Nature.

Babee Nature, welcome baby

Si Bee Nature est bien adaptée à toute la famille à partir de trois ans, vous aurez bien compris que les tout minis ne pouvaient donc pas s’en servir. Après deux ans de dur labeur, l’équipe a mis au point les formules les plus adaptées aux peaux, ô combien fragiles, des nouveau-nés. C’est que le marché est plutôt vide si on enlève les grandes marques pharmaceutiques. Babee Nature se veut donc le penchant naturel des gammes dermato. Aux ingrédients traçables et sans perturbateur endocrinien.

Avec une barrière cutanée si faible, des fibres qui ne sont pas encore reliées entre elle, la perméabilité est donc à son comble. Le responsable scientifique de Bee Nature a réfléchi à la formule et a travaillé avec des pédiatres pour la mettre au point. On retrouve peu d‘ingrédients et chaque ingrédient présent à une réelle utilité. La gamme se compose de quatre soins. Deux produits de douche – shampoing, à base d’huile de jojoba et de miel qui sont sebo-régulateur et deviennent un allié dans la lutte aux croûtes de lait. Et deux soins hydratants, corps et change, adaptés au ph des bébés, pour éviter de décaper ces peaux si fragiles et ne pas les agresser.

Lancement de ces merveilles début avril en pharmacie !

Bénédicte van Egeren